Catégories
Chirurgie esthétique

Un examen révèle un biais masculin persistant dans la recherche sur la douleur

Il est de plus en plus clair que les humains et les rongeurs, hommes et femmes, traitent la douleur de différentes manières. Et qu'il existe des différences importantes dans les mécanismes sous-jacents impliqués aux niveaux génétique, moléculaire, cellulaire et physiologique. Malgré ce fait, selon un article de synthèse de l'Université McGill publié aujourd'hui dans Avis sur la nature Neuroscience, la plupart des recherches sur la douleur restent largement basées sur l'étude de rongeurs mâles, continuant de tester des hypothèses dérivées d'expériences antérieures sur des mâles. Cela indique un angle mort important dans la recherche sur la douleur, en particulier en ce qui concerne l'avancement de la recherche sur les nouveaux médicaments contre la douleur. Cela est particulièrement gênant étant donné qu'il est bien documenté que la plupart des personnes souffrant de douleur chronique sont des femmes.

La littérature sur la douleur est biaisée de telle sorte qu'en raison de l'utilisation écrasante d'animaux mâles dans les expériences, nous en apprenons de plus en plus sur la biologie de la douleur chez les mâles. Et conclure à tort qu'il s'agit de la biologie de la douleur. Ce n'est que la biologie de la douleur chez les hommes.  »

Jeffrey Mogil, l'auteur de l'article, professeur aux départements de psychologie et d'anesthésie de McGill, de la chaire E. P. Taylor en études de la douleur et de la chaire de recherche du Canada en génétique de la douleur

Biais masculin persistant dans la recherche sur la douleur … malgré l'inclusion récente de femmes

Les organismes de financement canadiens ont commencé à reconnaître le sexe comme une variable biologique et à demander aux chercheurs sur la douleur d'inclure des rongeurs femelles dans leurs expériences en 2006. Aux États-Unis, un changement similaire s'est produit en 2016. En effet, sur plus de 1 000 articles savants examinés par Mogil publiés entre Janvier 2015 et décembre 2019 dans Pain, la revue leader dans le domaine, à partir de 2016, de plus en plus d'articles ont présenté des tests sur des rongeurs femelles et mâles, les études sur les hommes passant de 80% du total en 2015 à seulement 50% des le total en 2019.

À première vue, la présence de ces articles peut représenter un changement prometteur dans la conception de la recherche. Mais lorsque Mogil a examiné de plus près les différences sexuelles existantes dans la littérature sur la douleur, il a trouvé des preuves claires d'un biais masculin persistant.

« Les idées mêmes que nous proposons pour les expériences sont basées sur des expériences sur des hommes et donc elles fonctionnent sur des hommes et non sur des femmes. J'ai découvert que dans ces articles où les deux sexes étaient réellement testés et les résultats rapportés sur les différences par sexe, le les expériences « ont fonctionné », ce qui signifie que l'hypothèse scientifique testée s'est avérée vraie, chez les hommes 72,4% du temps et chez les femmes seulement 27,6% « , a déclaré Mogil. « S'il n'y avait pas de biais dans la littérature et qu'il y avait un certain nombre d'articles si l'expérience avait fonctionné dans un sexe et pas dans l'autre, elle devrait fonctionner aussi souvent chez les femmes que chez les hommes. Pourquoi est-ce arrivé? Parce que l'hypothèse que cela l'expérience testée a été générée sur la base de données antérieures provenant d'expériences sur des hommes uniquement. Donc, bien sûr, cela n'a fonctionné que sur des hommes. « 

Développer des analgésiques qui fonctionneront pour les femmes

Selon Mogil, la conclusion qui peut être tirée de cet aperçu est que les chercheurs sont encore loin de développer des analgésiques qui fonctionneront chez les femmes.

« Cette recherche suggère que beaucoup de ce qui est en préparation en ce moment, si cela fonctionne chez n'importe qui, sera en grande partie des hommes. Alors que la grande majorité des patients souffrant de douleur chronique ont été et continuent d'être des femmes. »

La source:

Référence de la revue:

Mogil, J.S. (2020) Différences qualitatives entre les sexes dans le traitement de la douleur: nouvelles preuves d'une littérature biaisée. Avis sur la nature Neuroscience. doi.org/10.1038/s41583-020-0310-6.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *