Réémergence du virus après la fin du verrouillage

Un nouveau rapport dans la revue Nature Comportement humain en juin 2020, fait état de prévisions concernant les effets de la suppression des restrictions de verrouillage sur la transmission du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) et suggère que la responsabilité individuelle concernant l'éloignement social et d'autres précautions pourraient éviter le besoin de verrouillage.

La pandémie de COVID-19 en cours se déroule en différentes phases dans différents pays, en déclin dans certains anciens points chauds mais en augmentation rapide dans d'autres. Puisqu'il n'y a pas d'antiviraux pour prévenir ou traiter les infections, la seule mesure préventive disponible est l'éloignement social et les fermetures.

Étude: La fin de l'isolement social et le risque de réémergence du COVID-19 Crédit d'image: ImageFlow / Shutterstock

Lockdowns: combien de temps, combien?

À l'heure actuelle, les verrouillages sont progressivement assouplis à plusieurs endroits, mais avec des politiques sensiblement différentes en place. Le manque d'informations sur les facteurs qui pourraient affecter la survenue d'une deuxième vague d'infection, comme celle qui s'est produite après la pandémie de grippe de 1918, rend difficile l'identification des meilleures interventions pour assouplir les interdictions strictes tout en maintenant des précautions sûres contre la propagation virale.

L'Organisation mondiale de la santé a publié des directives provisoires sur la meilleure façon de lever les mesures de confinement, compte tenu du niveau d'activité actuel du virus. L'efficacité du verrouillage strict au plus fort des épidémies italiennes et espagnoles pose également un défi: le nombre de tués augmentera-t-il à mesure que la mobilité augmentera?

Les chercheurs notent: « Les premières études d'évaluation semblent indiquer que la réponse d'urgence nationale semble avoir retardé la croissance et limité la taille de l'épidémie de COVID-19 en Chine, évitant des centaines de milliers de cas. »

L'étude: identifier les effets de la relaxation du verrouillage

L'étude actuelle des chercheurs Leonardo López et Xavier Rodó de l'Institut de Barcelone pour la santé mondiale visait à projeter le degré de restriction des mouvements à l'échelle de la population et l'effet de différents plans pour faciliter le verrouillage pour évaluer le risque. Malgré le manque de compréhension des principes de la transmission du virus et de la meilleure façon de prévenir une telle propagation, certaines mesures telles que l'utilisation de masques faciaux, de gants, de l'hygiène des mains et de rester à la maison, sauf pour les travaux essentiels et les nécessités de la vie, ont montré leur efficacité. utilité pour limiter la vitesse de propagation. Celles-ci devaient également être évaluées de manière indépendante en termes d'avantages quantitatifs qu'elles confèrent.

Une étude antérieure des mêmes chercheurs a testé des modèles d'intervention de contrôle en Espagne et en Italie. La recherche actuelle incorpore un autre paramètre pour simuler le retour de personnes confinées dans le compartiment de la population sensible afin de comprendre l'effet de permettre à différents compartiments de se mélanger partiellement.

La différence dans le nouveau paramètre est que tous ceux provenant du compartiment confiné et exposé, qui sont en quarantaine, ne sont pas inclus. Ceci afin d'éviter l'instabilité introduite par le nombre important mais inconnu de personnes asymptomatiques.

Au lieu de cela, confiné signifie maintenant ceux qui sont dans le compartiment sensible et protégés contre l'infection. Cette hypothèse ignore délibérément le nombre inconnu mais significatif de contacts familiaux. Les contacts acquis à l'hôpital sont également exclus, comme dans tout modèle actuel d'épidémie en cours, en raison de données très peu fiables et limitées. En bref, ces hypothèses signifient que le résultat sera une sous-estimation de la charge réelle de la maladie.

Différents modèles de relaxation

Le modèle prévoit une libération de personnes 50% plus élevée que la population confinée. Deux stratégies sont explorées, toutes deux traitant de la relaxation progressive. La première est une libération régulière, tandis que la seconde est une libération en deux phases avec plus de personnes à haut risque libérées beaucoup plus tard.

Dans un autre modèle, ils ont simulé les résultats d'une libération brutale de 50% des personnes à 45, 60 et 75 jours à partir du 13 mars, suivie d'une libération progressive aux mêmes moments à partir du premier déconfinement.

Ils ont également simulé une simulation de référence avec toutes les personnes libérées soudainement, aux mêmes moments: 30 jours, 60 jours et 90 jours après le verrouillage. Enfin, un modèle de référence est créé à partir des observations les plus récentes (le modèle Actuel).

L'étude a été élargie pour voir comment ces protocoles affecteraient d'autres pays comme le Japon et la Nouvelle-Zélande, qui ont traité différemment le verrouillage mais qui ont eu beaucoup de succès. Enfin, le scénario américain a également été exploré, étant le pays le plus touché, avec l'Indonésie comme modèle tropical et l'Argentine comme pays approchant rapidement de l'hiver.

Deuxième pic inévitable, gravité et durée modifiables

Les résultats montrent qu'un deuxième pic se produira dans tous les scénarios, mais le pic sera retardé avec une durée de verrouillage croissante. Pour le scénario «actuel», le deuxième pic sera plus précoce, mi-août. Cette modélisation suppose que toutes les personnes libérées n'utilisent aucune mesure de précaution et sont entièrement sensibles. Les effets saisonniers sont également ignorés.

Les trois durées de verrouillage dans le premier protocole diffèrent, comme indiqué précédemment, au moment du deuxième pic. Avec un lock-out de 30 jours, le deuxième pic arrive à la mi-septembre, avec environ 10 millions de cas. Avec le verrouillage de 60 jours, le pic est en décembre, et avec le verrouillage de 90 jours, bien après le nouvel an en 2021.

Le scénario actuel est associé à un nombre plus important de décès de près d'un tiers. Avec le scénario mixte, la moitié étant libérée en une seule fois et l'autre moitié plus tard, le délai de 45 jours se traduit par un pic rapide rapide au début de la mi-août, à environ 6 millions de cas.

Des durées de verrouillage plus courtes, cependant, provoquent des pics secondaires plus tard, mais au prix du double du nombre d'infections, à plus de 50%. Le nombre de décès devrait également doubler d'ici la fin de 2020 avec l'interdiction de 60 jours, par rapport aux interdictions de 45 et 75 jours.

Bien que les simulations correspondent bien aux observations japonaises et néo-zélandaises, avec les États-Unis, le deuxième pic est montré avec environ 40 à 50 millions de cas vers le début de 2021 compte tenu d'une durée de verrouillage de 90 jours. L'Argentine affiche un pic retardé, de décembre à février, avec un verrouillage de 100 jours, tout comme l'Indonésie, qui affiche un pic retardé d'environ 40 millions après 45 jours et 32 ​​millions après 100 jours.

Implications et recommandations

Les chercheurs commentent: «Les stratégies de déconfinement progressif entraînent toujours un nombre inférieur d'infections et de décès, par rapport à la libération soudaine de portions modérées à importantes de la population.»

Si cela n'est pas possible, ils recommandent une relaxation mixte ou en deux phases, où les groupes les plus à risque sont complètement protégés, mais d'autres peuvent sortir tant qu'ils continuent la distanciation sociale et d'autres mesures pertinentes, ainsi que les tests et le traçage.

Ils avertissent également: «Nos résultats sont conformes à ceux d'autres qui montrent qu'en l'absence d'autres mesures de contrôle (par exemple, une augmentation de la détection des cas, de l'isolement et / ou de la recherche des contacts), un assouplissement généralisé de l'éloignement social entraînera une résurgence. de cas, ce qui dépassera très probablement la capacité des soins de santé. » La mortalité la plus faible est observée, ainsi que le nombre total le plus élevé de cas, avec la plus longue durée de confinement de 90 jours.

Les chercheurs notent également que la réduction de la propagation, même d'un tiers, ainsi qu'une durée d'immunité plus longue, réduisent la taille du deuxième pic

Vous pourriez également aimer...