Nouvelle approche pour analyser la similitude perçue des produits alimentaires

Marina Domracheva et Sofya Kulikova, chercheurs du campus de l'Université HSE à Perm, ont découvert une nouvelle approche pour analyser la similitude perçue des produits alimentaires, basée sur les signaux d'électroencéphalographie (EEG).

Ils notent que la puissance des oscillations gamma peut refléter des similitudes dans une approche cross-modale. Leur article a été publié dans la revue Qualité et préférence alimentaires.

Les outils les plus couramment utilisés pour comprendre la perception qu'ont les gens des produits alimentaires sont les tests en salle, les enquêtes et les observations.

Il existe une hypothèse générale selon laquelle les consommateurs peuvent évaluer et exprimer leurs véritables préférences, mais il n'est pas rare que l'opinion exprimée par un consommateur sur le produit ne soit pas conforme à son comportement. De plus, ces recherches peuvent être coûteuses pour les entreprises.

Le neuromarketing peut aider à éliminer ces problèmes. Pour analyser les préférences des consommateurs, les spécialistes du neuromarketing peuvent appliquer des technologies de neuroimagerie, telles que l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et l'électroencéphalographie (EEG).

Les chercheurs de l'Université HSE ont utilisé une approche transmodale pour étudier comment la similitude des produits alimentaires est évaluée. Cette approche est basée sur l'intégration des sens de différentes modalités (goût, odeur et apparence visuelle) dans une image intégrale d'un objet.

Pour cette expérience, 18 participants ont goûté des bonbons multi-céréales, puis ont regardé des images d'objets similaires, tels que des biscuits, des barres de céréales ou de la farine d'avoine.

Les répondants ont évalué les similitudes de chacun de ces produits avec les bonbons qu'ils venaient d'essayer. Pendant ce temps, leur activité cérébrale a été enregistrée à l'aide d'EEG.

Deux mesures basées sur l'EEG ont été considérées comme une mesure potentielle de la similitude des produits: la puissance des oscillations gamma induites pendant une période de 400 à 600 ms après la présentation d'un stimulus visuel et une amplitude des potentiels de réponse évoqués par le N400.

Dans l'activité cérébrale enregistrée par EEG, des oscillations de fréquence et d'amplitude variables peuvent être détectées, qui sont liées à divers processus psychologiques.

Les oscillations gamma ont une fréquence supérieure à 30 Hz et sont détectées lorsque le cerveau résout des tâches qui nécessitent de concentrer l'attention et d'échanger les informations entre les différentes zones du cerveau.

On pense que l'oscillation gamma évoquée avec une puissance de 30 à 80 Hz assure le traitement distribué de l'information dans diverses régions du cerveau pour former une perception commune cohérente d'un objet donné sur la base de ses diverses caractéristiques – visuelle, auditive et gustative. .

Par exemple, si la vocalisation d'un animal est conforme à l'image de l'animal, la puissance des oscillations gamma évoquées augmente. Les chercheurs ont également supposé qu'un effet similaire pouvait être observé lors de la comparaison des produits alimentaires.

Et en effet, lorsque les répondants ont examiné des produits similaires aux bonbons multicéréales (comme les barres de céréales), la puissance des oscillations gamma était à son maximum.

L'amplitude de la composante de différence négative de type N400 est enregistrée par l'EEG lorsque nous constatons une erreur ou une incongruité mineure: par exemple, entre une sensation gustative et la perception visuelle du produit. Lorsqu'un participant à l'expérience a goûté les bonbons et a ensuite vu une image de brocoli ou de pommes de terre frites, l'amplitude était à son plus haut niveau. « 

Sofya Kulikova, chercheur, École supérieure d'économie de l'Université nationale de recherche

Le composant de type N400 est une onde qui apparaît sur l'EEG environ 400 ms après le début du stimulus et a une polarité d'amplitude négative.

Il s'est avéré que les deux approches sont raisonnables, mais l'amplitude de la composante de type N400 a montré une forte variabilité parmi les répondants. Par conséquent, dans une évaluation de la similitude perçue, il est préférable de s'appuyer sur la puissance des oscillations gamma.

L'approche découverte par les chercheurs peut être appliquée aux études de neuromarketing de la perception du goût des aliments.

En particulier, cette méthode peut être un outil utile pour étudier la perception de nouveaux produits innovants fabriqués à l'aide de technologies innovantes, ou à partir d'ingrédients non conventionnels, auxquels les consommateurs pourraient ne pas être habitués.

La source:

École supérieure d'économie de l'Université nationale de recherche

Référence de la revue:

Domracheva, M & Kulikova, S (2020) L'EEG corrèle la similitude perçue des produits alimentaires dans une tâche de goût visuel croisée. Qualité et préférence alimentaires. doi.org/10.1016/j.foodqual.2020.103980.

Vous pourriez également aimer...