Les patients sous traitement immunosuppresseur ne présentent pas de risque accru de contracter le COVID-19

Les patients sous traitement immunosuppresseur pour les maladies cutanées et rhumatismales courantes comme le psoriasis et la polyarthrite rhumatoïde ne courent pas de risque accru de contracter le COVID-19 et devraient continuer à prendre leur médicament tel que prescrit, disent les chercheurs en dermatologie de Henry Ford Health System dans une étude publiée dans le Journal de l'American Academy of Dermatology.

La plupart de ces patients ne sont pas plus à risque de COVID-19 que la population générale, malgré un système immunitaire affaibli, explique Jesse Veenstra, M.D., Ph.D., dermatologue Henry Ford et auteur principal de l'étude. Il dit que les résultats devraient rassurer les patients et les médecins.

Si vous avez besoin d'un médicament immunosuppresseur pour que votre maladie soit bien contrôlée, vous ne devriez pas avoir peur de continuer à prendre ce médicament pendant la pandémie. « 

Jesse Veenstra, MD, PhD, auteur principal de l'étude et dermatologue, Henry Ford Health System

L'étude est l'une des premières à analyser l'association entre les médicaments immunosuppresseurs pour les maladies de la peau et le risque d'infection au COVID-19 et ses résultats.

Jusqu'à récemment, on savait peu de choses sur la prise en charge des patients sous ces médicaments pendant la pandémie et sur leur risque accru d'infection par le COVID-19 ou de complications associées en raison de l'affaiblissement de leur système immunitaire.

Le Dr Veenstra et ses collègues de recherche ont mené une analyse rétrospective de 213 patients qui prenaient des médicaments immunosuppresseurs pour une maladie inflammatoire à médiation immunitaire.

Les patients ont été testés pour le COVID-19 entre le 1er février et le 18 avril et avaient reçu des médicaments immunosuppresseurs pendant au moins un mois avant d'être testés pour le COVID-19.

Principales conclusions de leur analyse:

  • Sur les 213 patients, 36% ont été testés positifs au COVID-19 et n'avaient pas de plus grandes chances d'être hospitalisés ou placés sous respirateur que la population générale.
  • Il n'y avait aucune preuve qu'un seul médicament immunosuppresseur augmentait les chances d'un patient d'être testé positif ou de développer une maladie grave.
  • La race était un prédicteur du statut COVID-19, les Afro-Américains ayant de plus grandes chances d'être testés positifs.
  • Les patients ayant reçu un inhibiteur du TNF alpha avaient des chances d'hospitalisation significativement plus faibles. Les inhibiteurs du TNF alpha font partie d'une classe de produits biologiques immunosuppresseurs utilisés pour arrêter l'inflammation.

À l'inverse, dit le Dr Veenstra, les patients qui suivaient des schémas de polychimiothérapie étaient plus susceptibles d'être hospitalisés que ceux qui prenaient un seul médicament.

Le Dr Veenstra dit que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour expliquer pleinement cette découverte, mais cela peut suggérer que plusieurs médicaments suppriment davantage le système immunitaire d'un patient, le rendant ainsi plus vulnérable au COVID-19.

En général, les patients immunodéprimés sont prédisposés aux infections des voies respiratoires supérieures comme le rhume, qui peuvent provoquer une toux, un écoulement nasal et un mal de gorge.

À ce jour, cependant, cette population de patients n'a pas été signalée comme présentant un risque plus élevé de COVID-19. Les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies sous-jacentes telles que le cancer, la MPOC et le diabète sont considérées à haut risque de contracter le coronavirus.

«Les médecins qui prescrivent ces médicaments devraient se sentir à l'aise de continuer ou de reprendre leurs patients sous ces médicaments», déclare le Dr Veenstra. « Ils peuvent informer leurs patients qu'il existe des données pour soutenir le profil d'innocuité de ces médicaments pendant la pandémie de COVID-19. »

Les dermatologues Henry Ford traitent l'une des plus grandes populations de patients du Michigan pour des maladies inflammatoires de la peau telles que le psoriasis, l'eczéma et le lupus, ce qui a incité les chercheurs à examiner si les médicaments immunosuppresseurs rendaient les patients plus sensibles au nouveau coronavirus émergent.

«Traditionnellement, vous pensez que ces médicaments vous exposent à un risque plus élevé d'infection», explique le Dr Veenstra. « Avec COVID, il s'agit d'un nouveau type d'agent pathogène, et personne ne sait vraiment comment ces médicaments affectent la capacité de votre système immunitaire à faire face à l'infection. La question est de savoir si ces médicaments vous exposent à un risque accru de contracter le COVID, et si vous vous l'avez compris, seriez-vous plus malade à cause de ces médicaments. « 

La source:

Référence du journal:

Veenstra, J., et al. (2020) Traitement immunosuppresseur antérieur des maladies inflammatoires à médiation immunitaire dans le cadre d'une épidémie de COVID-19. Journal de l'American Academy of Dermatology. est ce que je.org /dix.1016 /j.jaad.2020.07.089.

Vous pourriez également aimer...