Les médecins développent une nouvelle méthode d'exploration de données pour détecter les jeunes atteints de psychose émergente

Les médecins ont développé une nouvelle méthode d'exploration de données pour détecter de nombreux jeunes atteints de psychose émergente.

Les nouvelles méthodes, basées sur l'exploration de données avancée pour détecter les signes de risque précoces des écoles, des hôpitaux et des médecins généralistes, seront présentées lors du congrès virtuel de l'ECNP et sont sous presse avec une revue à comité de lecture.

La psychose est une condition qui vous fait perdre le contact avec la réalité, vous faisant souffrir d'hallucinations ou d'illusions.

Il existe une variété de causes possibles, notamment la migration et le stress social, les traumatismes, la toxicomanie, etc. Cela représente une charge de soins importante, touchant environ 20 millions de personnes et coûtant à l'Europe environ 94 milliards d'euros par an (estimation 2011).

L'expérience clinique a montré que la meilleure façon de le gérer est de l'empêcher de se développer. Au cours des 25 dernières années, les médecins ont développé des moyens de détecter les jeunes à risque de développer une psychose et de prédire quels jeunes pourraient continuer à développer le trouble, et ont ainsi pu prendre des mesures pour réduire le risque.

Cependant, la façon dont les cliniciens détectaient les jeunes n'était pas systématique et pouvait avoir omis de nombreuses personnes à risque. Aujourd'hui, les médecins britanniques ont développé de nouvelles méthodes d'exploration de données qui peuvent potentiellement détecter la plupart des personnes à risque de développer une psychose.

Cela permettrait à son tour de leur offrir des interventions psychologiques préventives qui peuvent réduire de moitié leur risque de développer une psychose à part entière.

La prévention est le moyen le plus prometteur d'améliorer la santé mentale des jeunes. La santé mentale de cette génération est particulièrement stressée, en particulier face à l'inquiétude actuelle du COVID-19, et nous devons intervenir d'urgence. L'avenir des personnes à risque de psychose est d'intervenir avant que les troubles ne frappent. « 

Paolo Fusar-Poli, professeur chargé de recherche, Institut de psychiatrie, King's College, Londres

« Nous avons développé une méthode d'exploration de données (utilisant le traitement du langage naturel), pour rechercher dans les dossiers médicaux les personnes susceptibles de progresser vers la psychose. De nombreux dossiers médicaux sont assez peu structurés, les informations sur la santé mentale étant cachées dans des sections qui ne permettent pas une recherche systématique. .

Notre système d'exploration de données effectue une recherche plus complète des dossiers des personnes qui ont été référées à l'hôpital (soins secondaires), à la recherche de mots-clés tels que perte de poids, insomnie, cocaïne, culpabilité, etc. Nous pouvons rechercher 14 termes différents que nous puis évaluez le risque de psychose.

À ce stade, les patients peuvent être invités à un entretien individuel. Nous avons constaté que la prévention peut réduire de moitié le risque de développer une psychose ».

Les systèmes ont évalué 92 151 patients sur une longue période de suivi. Ils ont pu confirmer que leur méthode fonctionnait bien pour détecter les jeunes à risque, bien que le professeur Fusar-Poli ait averti que «ces résultats doivent être reproduits davantage dans d'autres pays avant de pouvoir entrer en routine clinique, mais ils semblent très prometteurs.

La réplication sera facilitée par des consortiums de recherche internationaux tels que le Réseau de prévention des troubles mentaux et de promotion de la santé mentale financé par le PCNP. « 

Le professeur Fusar-Poli a suggéré que la détection de ces jeunes est le premier pas vers la prévention. Les interventions préventives chez ces personnes peuvent se traduire par plusieurs avantages:

« Cela se traduit par de réels bénéfices. Bien que le coût initial de la mise en place de services spécialisés de détection des jeunes à risque de psychose soit plus élevé, intervenir avant l'apparition de la psychose est associé à moins de traitements, moins de jours d'hospitalisation, en plus d'une santé tangible et sociale. avantages, ce qui signifie que le NHS a économisé environ 1000 £ par patient diagnostiqué.

Nos systèmes de détection peuvent étendre ces avantages à de nombreux autres jeunes qui pourraient être à risque de psychose « 
Le professeur Fusar-Poli présentera les travaux tout en présidant une session sur la prévention des troubles mentaux (voir ci-dessous) au congrès ECNP.

«Nous avons travaillé avec le groupe spécial ECNP sur la prévention des troubles mentaux et la promotion de la santé mentale, et avec l'Espace européen de recherche sur le cerveau financé par l'UE pour mettre en place un système européen d'alerte préalable pour les jeunes à risque de psychose. Il est essentiel que nous apportions la meilleure expertise pour résoudre ce problème et que nous puissions tous apprendre de l’expérience des autres « 

Commentant, le professeur Andreas Meyer-Lindenberg (Mannheim), membre du conseil exécutif de l'ECNP a déclaré:
« Ce travail est un excellent exemple du rôle transformateur de l'intelligence artificielle et du traitement des mégadonnées en psychiatrie. Alors que beaucoup d'attention dans ce domaine a été concentrée sur les données biologiques et les biomarqueurs, ce résultat montre les gains qui peuvent être réalisés si la richesse de l'écrit les informations que les cliniciens produisent dans leur travail quotidien sont exploitées à l'aide d'approches innovantes. « 

Le professeur Meyer-Lindenberg n'a pas été impliqué dans ce travail, il s'agit d'un commentaire indépendant.

La source:

Collège européen de neuropsychopharmacologie

Vous pourriez également aimer...