Les enfants, les adolescents et la sécurité des médicaments psychotropes – Harvard Health Blog

Les médicaments prescrits pour le trouble de déficit de l'attention / hyperactivité (TDAH), la dépression, l'anxiété et d'autres troubles de l'humeur – appelés psychotropes – ont été largement étudiés chez les adultes. Cela concerne de nombreux parents dont les enfants prennent ces médicaments régulièrement. Les études se sont le plus souvent intéressées à l'efficacité de ces médicaments chez les adolescents et les enfants. Maintenant, une revue systématique récente de plusieurs études menées chez les enfants et les adolescents offre de nouvelles orientations sur la sécurité des médicaments couramment utilisés.

Qu'est-ce que l'étude a examiné?

Le but de cette étude était de synthétiser de manière exhaustive les preuves actuelles sur la sécurité de quatre grandes classes de psychotropes administrés aux enfants et adolescents. Cela aide les cliniciens à prendre des décisions lors de la prescription et contribue à l'élaboration de lignes directrices bien fondées. Il aide également à identifier les domaines nécessitant des recherches supplémentaires.

Quels sont les messages à retenir pour les parents?

Les chercheurs se sont concentrés sur les événements indésirables, tels que les effets secondaires ou d'autres problèmes, liés à 80 médicaments dans quatre catégories: les antidépresseurs, les antipsychotiques, les médicaments anti-TDAH et les stabilisateurs de l'humeur. Au total, les études ont pris en compte les données de 337 686 enfants et adolescents. La plupart des participants à l'étude prenaient des médicaments anti-TDAH ou des antidépresseurs (environ 149 000 et 121 000, respectivement). Un plus petit nombre a pris des antipsychotiques ou des stabilisateurs de l'humeur (environ 67 000 et 1 600).

L'étude a examiné les profils de sécurité et les effets secondaires courants, qui étaient disponibles dans la littérature scientifique pour certains médicaments, mais pas tous: 18 antidépresseurs; 15 médicaments antipsychotiques; sept médicaments anti-TDAH; et six stabilisateurs d'humeur. Bien que les effets secondaires soient globalement modestes, les chercheurs ont constaté ce qui suit:

  • Antidépresseurs. Les problèmes courants étaient les nausées, les vomissements et l'arrêt d'un médicament en raison d'effets secondaires. L'escitalopram (Lexapro) et la fluoxétine (Prozac) étaient moins susceptibles que d'autres de provoquer des effets indésirables.
  • Médicaments antipsychotiques. Les problèmes courants étaient la somnolence, les mouvements musculaires anormaux et la prise de poids. La lurasidone (Latuda) était moins susceptible que d'autres de provoquer des effets indésirables.
  • Médicaments anti-TDAH. Les problèmes courants étaient la perte d'appétit et l'insomnie. Le méthylphénidate (Ritalin, Concerta) était moins susceptible que d'autres de provoquer des effets indésirables.
  • Stabilisateurs d'humeur. Les problèmes courants étaient la somnolence et la prise de poids. Le lithium était moins susceptible de provoquer des effets indésirables, bien que ses effets à long terme, tels que d'éventuels dommages aux reins, puissent être sous-représentés.

Quelles sont les limites de cette étude?

Les auteurs reconnaissent que les données sur les effets indésirables de bon nombre de ces médicaments étaient limitées. Par conséquent, une déclaration plus complète des événements indésirables est nécessaire dans les recherches futures sur l'utilisation des médicaments psychotropes chez les enfants et les adolescents. De plus, les effets secondaires rares et à long terme sont probablement sous-représentés ici, en raison de la disponibilité limitée des données à long terme.

Que devrais-je demander si un médecin dit que mon enfant pourrait avoir besoin d'un médicament psychotrope?

  • À quoi sert ce médicament? Étonnamment, j’ai parlé à un certain nombre de parents qui ne savent pas pourquoi leur enfant est traité avec des médicaments. Assurez-vous de bien comprendre plusieurs points: quel est le diagnostic qui nécessite un traitement et quels symptômes comportementaux le médicament pourrait-il aider? Demandez si ce traitement est approuvé par la FDA pour ce diagnostic ou si le médecin le recommande pour une utilisation hors AMM. Si vous trouvez la discussion confuse, n’hésitez pas à demander à votre médecin de vous décomposer ou de répéter certaines des explications. Vous pouvez également demander des ressources supplémentaires, telles que des documents éducatifs ou des sites Web liés à l'état de santé de votre enfant.
  • Est-ce la seule option médicamenteuse disponible? Comme décrit dans cette étude, chaque médicament psychotrope a un profil unique d'effets secondaires et d'efficacité. Cela peut différer même dans la même catégorie de médicaments. En règle générale, une variété d'options de traitement sont disponibles, sous forme de médicaments uniques ou combinés avec d'autres médicaments. Renseignez-vous sur la justification du choix de chaque option, ainsi que sur ses avantages et risques potentiels.
  • Quels sont les effets secondaires potentiels? Passer en revue tous les effets secondaires possibles de chaque médicament prescrit peut ne pas être pratique, car la liste peut être longue et créer une anxiété inutile. Concentrez-vous plutôt sur les effets secondaires potentiels courants et importants, tels que les avertissements de la boîte noire de la FDA. De nombreux adolescents ont du mal à prendre des médicaments régulièrement, alors demandez-leur s'il y a des effets de sevrage importants (au cas où votre enfant finirait par sauter des médicaments).
  • Combien de temps mon enfant doit-il continuer à prendre ce médicament? C'est probablement l'une des questions les plus fréquemment posées, surtout lorsqu'un jeune commence à prendre des médicaments psychotropes pour la première fois. Personne ne veut que ses enfants continuent de prendre des médicaments indéfiniment. Demandez à votre médecin la durée de traitement recommandée. Bien qu’aucun d’entre nous ne puisse prédire l’avenir, il est judicieux de discuter des plans de traitement proposés.
  • Que devez-vous comprendre d'autre? Certains médicaments psychotropes nécessitent des protocoles de surveillance spécifiques pour assurer leur sécurité. Des exemples peuvent inclure la vérification de la pression artérielle, le suivi du poids corporel et de l'indice de masse corporelle (IMC), ou des analyses de sang à des moments précis. Demandez également à votre médecin si vous devez être conscient de certaines restrictions, comme éviter certains aliments ou d'autres médicaments.

La médecine est l'un des outils de la boîte à outils

Si les médicaments sont l’un des outils de traitement les plus efficaces dans les soins de santé mentale, ce n’est pas le seul. Surtout pour les enfants et les adolescents, il est essentiel d'aborder les comportements de manière holistique en considérant la biologie, la psychologie et les facteurs sociaux et environnementaux. Souvent, les médicaments sont combinés à d'autres approches, telles que la thérapie individuelle, la thérapie familiale et les approches multidisciplinaires et systémiques comme l'élaboration d'un IEP (programme d'éducation individualisé) pour l'école. Une évaluation complète peut guider l'équipe de soins dans l'élaboration de plans appropriés visant un résultat optimal.

Vous pourriez également aimer...