Les cliniques post-COVID bénéficient d'un coup de pouce auprès des patients atteints d'une maladie persistante

Clarence Troutman a survécu à un séjour de deux mois à l'hôpital avec le COVID-19, puis est rentré chez lui début juin. Mais il est loin d'avoir surmonté la maladie, souffrant toujours d'une endurance limitée, d'un essoufflement et de mains qui peuvent être raides et enflées.

«Avant COVID, j'étais un homme de 59 ans, relativement en bonne santé», a déclaré le technicien haut débit de Denver. « Si je devais dire où j'en suis maintenant, je dirais environ 50% de l'endroit où j'étais, mais quand je suis rentré chez moi, j'étais à 20%. »

Il attribue une grande partie de ses progrès à la «motivation et à l'éducation» glanées dans un nouveau programme pour les patients post-COVID à l'Université du Colorado, l'une d'un petit mais croissant de cliniques visant à traiter et à étudier ceux qui ont eu le coronavirus imprévisible. .

À l'approche des élections, une grande attention se concentre sur le nombre d'infections quotidiennes ou sur le nombre croissant de morts, mais une autre mesure compte: les patients qui survivent mais continuent à lutter contre une gamme d'effets physiques ou mentaux, y compris des lésions pulmonaires, des problèmes cardiaques ou neurologiques, de l'anxiété et la dépression.

« Nous devons réfléchir à la manière dont nous allons fournir des soins aux patients qui pourraient se rétablir pendant des années après le virus », a déclaré le Dr Sarah Jolley, pneumologue à l'hôpital de l'Université UCHealth du Colorado et directrice de la clinique Post-Covid de UCHealth. où Troutman est vu.

Ce besoin a relancé les cliniques post-COVID, qui rassemblent une gamme de spécialistes dans un guichet unique.

L'une des premières et des plus grandes cliniques de ce type se trouve à Mount Sinai à New York, mais des programmes ont également été lancés à l'Université de Californie à San Francisco, au Stanford University Medical Center et à l'Université de Pennsylvanie. La Cleveland Clinic prévoit d'en ouvrir un au début de l'année prochaine. Et ce ne sont pas seulement les centres médicaux universitaires: le St.John's Well Child and Family Center, qui fait partie d'un réseau de cliniques communautaires du centre-sud de Los Angeles, a déclaré ce mois-ci qu'il visait à tester des milliers de ses patients diagnostiqués avec le COVID depuis mars depuis longtemps effets à terme.

L'idée générale est de rassembler des professionnels de la santé d'un large spectre, y compris des médecins spécialisés dans les troubles pulmonaires, les problèmes cardiaques et les problèmes du cerveau et de la moelle épinière. Des spécialistes de la santé mentale sont également impliqués, ainsi que des travailleurs sociaux et des pharmaciens. De nombreux centres mènent également des études de recherche dans le but de mieux comprendre pourquoi le virus frappe si durement certains patients.

« Certains de nos patients, même ceux sous respirateur à la porte de la mort, en sortiront remarquablement indemnes », a déclaré le Dr Lekshmi Santhosh, professeur adjoint de soins intensifs pulmonaires et responsable du programme post-COVID à l'UC-San Francisco, appelé la clinique OPTIMAL. « D'autres, même ceux qui n'ont jamais été hospitalisés, souffrent de fatigue invalidante, de douleurs thoraciques persistantes et d'essoufflement, et il y a tout un spectre entre les deux. »

Besoin médical «  stupéfiant ''

Il est trop tôt pour savoir pendant combien de temps les effets et symptômes médicaux persistants persisteront ou pour faire des estimations précises du pourcentage de patients affectés.

Certaines premières études donnent à réfléchir. Un rapport autrichien publié ce mois-ci a révélé que 76 des 86 premiers patients étudiés présentaient des signes de lésions pulmonaires six semaines après la sortie de l'hôpital, mais ce chiffre est tombé à 48 patients à 12 semaines.

Certains chercheurs et cliniques affirment qu'environ 10% des patients américains atteints de COVID qu'ils voient pourraient avoir des effets à plus long terme, a déclaré le Dr Zijian Chen, directeur médical du Center for Post-COVID Care à Mount Sinai, qui a recruté 400 patients jusqu'à présent.

Si cette estimation est correcte – et Chen a souligné que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour s'en assurer – cela se traduit par des patients qui entrent en masse dans le système médical, souvent avec de multiples problèmes.

La réponse des systèmes de santé et des assureurs sera essentielle, a-t-il déclaré. Plus de 6,5 millions de résidents américains ont été testés positifs pour la maladie. Si moins de 10% – disons 500 000 – ont déjà des symptômes durables, «ce nombre est stupéfiant», a déclaré Chen. « Combien de soins médicaux seront nécessaires pour cela? »

Bien que les coûts de démarrage puissent être un obstacle, les cliniques elles-mêmes peuvent éventuellement générer des revenus indispensables dans les centres médicaux en attirant des patients, dont beaucoup ont une assurance pour couvrir une partie ou la totalité du coût des visites répétées.

Chen, du mont Sinaï, a déclaré que les centres spécialisés peuvent aider à réduire les dépenses de santé en fournissant des soins coordonnés plus rentables qui évitent les tests répétitifs qu'un patient pourrait autrement subir.

«Nous avons vu des patients qui, à leur arrivée, avaient déjà subi quatre IRM ou tomodensitométries et une pile de tests sanguins», a-t-il déclaré.

Le programme consolide ces résultats antérieurs et détermine si des tests supplémentaires sont nécessaires. Parfois, la réponse à la cause des symptômes durables des patients reste insaisissable. Un problème pour les patients qui cherchent de l'aide en dehors des cliniques dédiées est que lorsqu'il n'y a pas de cause claire de leur état, on peut leur dire que les symptômes sont imaginés.

«Je crois aux patients», a déclaré Chen.

Environ la moitié des patients de la clinique ont reçu des résultats de tests montrant des dommages, a déclaré Chen, endocrinologue et médecin interne. Pour ces patients, la clinique peut élaborer un plan de traitement. Mais, de manière frustrante, l'autre moitié a des résultats de test non concluants mais présente une gamme de symptômes.

« Cela rend le traitement plus difficile », a déclaré Chen.

Les experts voient des parallèles avec une poussée au cours de la dernière décennie pour créer des cliniques spéciales pour traiter les patients sortis des unités de soins intensifs, qui peuvent avoir des problèmes liés au repos au lit à long terme ou au délire que beaucoup éprouvent pendant leur hospitalisation. Certaines des cliniques post-COVID actuelles sont calquées sur les cliniques post-USI ou en sont des versions étendues.

Le centre de récupération ICU du centre médical universitaire de Vanderbilt, par exemple, qui a ouvert ses portes en 2012, accepte les patients post-COVID.

Il existe environ une douzaine de cliniques post-USI à l'échelle nationale, dont certaines travaillent également maintenant avec des patients COVID, a déclaré James Jackson, directeur des résultats à long terme au centre Vanderbilt. En outre, il a entendu parler d'au moins une autre douzaine de centres post-COVID en développement.

Les centres effectuent généralement une évaluation initiale quelques semaines après le diagnostic ou la sortie d'un patient de l'hôpital, souvent par appel vidéo. L'enregistrement et les visites répétées sont programmés tous les mois environ par la suite.

«Dans un monde idéal, avec ces cliniques post-COVID, vous pouvez identifier les patients et les amener en cure de désintoxication», a-t-il déclaré. « Même si la principale chose que ces cliniques ont faite était de dire aux patients: » C'est réel, ce n'est pas tout dans votre tête «  », a-t-il ajouté, « cet impact serait important ».

Une question de faisabilité

Le financement est le plus grand obstacle, disent les promoteurs du programme. De nombreux hôpitaux ont perdu des revenus substantiels en raison des procédures électives annulées pendant les périodes de séjour à domicile.

« Ce n'est donc pas le moment idéal pour lancer une nouvelle activité qui nécessite une subvention de démarrage », a déclaré Glenn Melnick, professeur d'économie de la santé à l'Université de Californie du Sud.

À l'UCSF, un groupe restreint de membres du corps professoral emploie les cliniques post-COVID et certains professionnels de la santé mentale donnent de leur temps, a déclaré Santhosh. Chen, du mont Sinaï, a déclaré qu'il était en mesure de recruter des membres de l'équipe et du personnel de soutien parmi ceux dont le nombre de patients électifs avait diminué.

Jackson, de Vanderbilt, a déclaré que malheureusement, il n'y avait pas eu suffisamment de recherches sur le coût et l'efficacité clinique des centres post-USI.

«Au début, des questions ont pu se poser sur la valeur ajoutée que cela apporte», a-t-il noté. « Maintenant, la question n'est pas tant est-ce une bonne idée, mais est-ce faisable? »

À l'heure actuelle, les centres post-COVID sont avant tout un effort de recherche, a déclaré Len Nichols, économiste et chercheur non-résident à l'Urban Institute.

«Si ces gars réussissent à traiter les symptômes à long terme, c'est bon pour nous tous», a déclaré Nichols. « Il n'y a pas encore assez de patients pour en faire un modèle commercial, mais s'ils deviennent l'endroit où aller lorsque vous l'obtenez, cela pourrait devenir un modèle commercial pour certaines des institutions d'élite. »

Actualités Kaiser HealthCet article a été réimprimé de khn.org avec la permission de la Henry J. Kaiser Family Foundation. Kaiser Health News, un service de presse indépendant sur le plan rédactionnel, est un programme de la Kaiser Family Foundation, une organisation non partisane de recherche sur les politiques de santé et non affiliée à Kaiser Permanente.

Vous pourriez également aimer...