Les chercheurs abordent les dilemmes logistiques et éthiques de la recherche interculturelle

Un groupe de spécialistes des sciences sociales qui mènent des recherches interculturelles jette un regard critique sur leurs propres pratiques.

Bien que ce ne soit en aucun cas la première fois qu'une telle auto-réflexion est entreprise, l'analyse, publiée dans le numéro du 23 septembre de Actes de la Royal Society B, est particulièrement opportun étant donné le désir croissant d'inclure des populations diverses dans les travaux sur la démographie, la santé, le développement économique, la coopération, la cognition, le développement du nourrisson et de l'enfant et les systèmes de croyances.

La volonté d'étendre la recherche au-delà des sociétés occidentales, éduquées, industrialisées, riches et démocratiques a signifié que les scientifiques s'efforcent de capturer toujours plus de diversité culturelle – mais comment cela fonctionne-t-il réellement lorsqu'ils se lancent dans une entreprise de recherche et sélectionnent une communauté à étudier?

Le groupe international d'auteurs, dirigé par Tanya Broesch (Université Simon Fraser, Colombie-Britannique), Alyssa Crittenden (Université du Nevada, Las Vegas, États-Unis) et Monique Borgerhoff Mulder (UC Davis, États-Unis; Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Allemagne ), s'appuient sur des années de travail interculturel en anthropologie et en psychologie pour fournir des suggestions concrètes pour résoudre les dilemmes logistiques et éthiques de la sélection du site d'étude, de l'engagement des communautés dans la recherche et de l'importance des méthodes de recherche et des pratiques de rapport culturellement appropriées – les deux dans les publications et dans les représentations médiatiques.

Les auteurs soutiennent que si les chercheurs, comme eux, ne prennent pas sérieusement en considération «les forces historiques, politiques, sociologiques et culturelles» agissant à la fois sur les communautés où ils travaillent et sur les individus au sein de ces sociétés, des inférences inexactes et éventuellement nuisibles pourraient être tirées.

C'est particulièrement le cas lorsque les enquêteurs ont un temps et un budget limités, ce qui pourrait être qualifié d '«anthropologie des hélicoptères», a commenté Borgerhoff Mulder.

Ils suggèrent que c'est l'approche générale des chercheurs – du développement du projet à la publication et à la gestion des données – qui compte, où l'établissement et le maintien de la communication avec les participants sont toujours prioritaires.

«Il n'y a pas d'approche universelle, mais une base de référence productive peut être pour les chercheurs d'envisager l'inclusion communautaire dans le cadre de la conception de leur projet dès le départ», écrivent les auteurs. «Idéalement, la communauté n'est pas seulement au cœur de la recherche prévue, mais la dirige.

L'équipe de recherche, qui couvre toutes les étapes de la carrière universitaire, des doctorants aux chercheurs seniors, soutient que malgré la longue histoire d'exploitation et de colonialisme inhérente à de nombreux discours ethnographiques, la recherche comparative au 21ème siècle peut être menée avec succès et éthique dans un large éventail. des communautés (y compris les sociétés à petite échelle) dans une variété de disciplines universitaires – à condition qu'une approche centrée sur la communauté soit adoptée.

La source:

Université du Nevada, Las Vegas

Référence du journal:

Broesch, T., et al. (2020) Naviguer dans la recherche interculturelle: considérations méthodologiques et éthiques. Actes de la Royal Society B. doi.org/10.1098/rspb.2020.1245.

Vous pourriez également aimer...