Les biologistes de Constance reçoivent le prix Ursula M. Händel pour le bien-être animal

Marcel Leist, professeur de toxicologie in vitro et biomédecine à l'Université de Constance, et Thomas Hartung, professeur de sciences de la santé environnementale à l'Université de Constance et titulaire de la chaire Doerenkamp-Zbinden de toxicologie factuelle à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health Baltimore, ont reçu le prix Ursula M. Händel pour le bien-être animal 2020 de la Fondation allemande pour la recherche (DFG).

C'est la deuxième fois en l'espace de dix ans que des chercheurs de l'Université de Constance reçoivent la prestigieuse distinction, les lauréats précédents comprenant les toxicologues moléculaires le professeur Alexander Bürkle et le Dr Moreno-Villanueva, également basés au département de biologie de l'Université de Constance, qui ont reçu le prix en 2011.

Le prix Ursula M. Händel pour le bien-être animal, doté de 80000 euros, récompense les scientifiques qui ont déployé des efforts exemplaires et soutenus pour améliorer le bien-être des animaux dans la recherche, notamment à travers le développement de procédés contribuant à la réduction, au raffinement et au remplacement des animaux. expérimentation selon le principe des 3R.

Le prix 2020 sera décerné lors d'une cérémonie officielle prévue le 1er octobre 2020 au 3R-Zentrum de Gießen (ICAR3R), qui sera précédée d'un symposium 3R et combinera des éléments en ligne et sur site.

Reconnaissance pour la promotion du bien-être animal

Contrairement aux précédents récipiendaires, Marcel Leist et Thomas Hartung ont été sélectionnés pour leur contribution à la promotion du bien-être animal grâce à leurs recherches, comme l'a annoncé le DFG – par exemple en utilisant l'intelligence artificielle pour faire des inférences sur la toxicité de substances inconnues ou pour générer des prédictions automatisées à partir de la toxicologie. bases de données. Les deux approches permettent d'éviter ou de réduire considérablement l'expérimentation animale. Le jury s'est montré particulièrement impressionné par l'engagement durable des chercheurs à développer et à mettre en œuvre des méthodes alternatives en toxicologie et à élever les niveaux d'acceptation aux niveaux local et international, tant dans le milieu universitaire qu'au-delà – notamment à travers leur travail en tant que codirecteurs du Center for Alternatives to Expérimentation animale en Europe (CAAT-Europe).

CAAT-Europe, une coentreprise de l'Université de Constance soutenue par la Fondation Doerenkamp-Zbinden pour la recherche sans animaux et la Bloomberg School of Public Health de l'Université Johns Hopkins, a été créée pour coordonner les activités transatlantiques favorisant le développement de méthodes en toxicologie, pour conseiller sur l'élaboration de stratégies, pour fournir une plate-forme d'échange entre les différents acteurs du monde universitaire, de l'industrie et de la politique et, surtout, pour soutenir le principe 3R de la science humaine.

Surmonter le dilemme de la validation

« Je suis convaincu que travailler ensemble dans tous les secteurs est la meilleure – et peut-être la seule – voie à suivre si nous voulons obtenir les meilleurs résultats possibles pour les humains et les animaux », déclare Leist. «La promotion de la science humaine n'est pas seulement un slogan pratique et politiquement opportun: c'est un objectif de recherche dans lequel mes collègues et moi sommes profondément investis». Tout au long de leur carrière et depuis la création de CAAT-Europe en 2010, Leist et Hartung ont cherché à développer des outils généraux pour améliorer la mise en œuvre et accélérer l'utilisation plus large des méthodes de test sans animaux, y compris des approches informatiques et de nouvelles stratégies de développement de tests.

« Un problème majeur que nous cherchons à résoudre par le biais de CAAT-Europe et que les régulateurs des deux côtés de l'Atlantique confirment régulièrement est l'insuffisance de la documentation des méthodes et de la communication des données. Les deux sont des inconvénients majeurs lorsqu'il s'agit d'utiliser des données générées par des méthodes in vitro », explique Thomas Hartung. « Les contributions qui aident à résoudre ce dilemme peuvent avoir un impact très large sur l'utilisation globale et le développement de méthodes alternatives ».

Au cours des dernières décennies, CAAT-Europe a produit 21 revues approfondies sur des problèmes de recherche spécifiques et des lacunes dans les connaissances actuelles. Des solutions potentielles sont issues de ses activités de groupe de réflexion sur la toxicologie transatlantique, sur la base de la contribution de plus de 250 co-auteurs issus du monde universitaire, de l'industrie, des organismes de réglementation et des organisations non gouvernementales.

A propos de Marcel Leist

Marcel Leist est professeur de toxicologie in vitro et de biomédecine à l'Université de Constance depuis 2006, poste initialement créé et doté par la Fondation Doerenkamp-Zbinden. Il a étudié la biochimie à Tübingen (Allemagne) et est titulaire d'une maîtrise en toxicologie de l'Université de Surrey (1989) ainsi que d'un doctorat en pharmacologie de l'Université de Constance (1993). Il a obtenu son Habilitation (diplôme postdoctoral) en toxicologie / biologie cellulaire en 1998. Avant d'accepter son poste actuel à Constance, Marcel Leist a travaillé pour la société pharmaceutique danoise H. Lundbeck A / S à Copenhague.

Leist a reçu plusieurs prix majeurs pour le bien-être animal, dont le Prix Lush pour soutenir les initiatives visant à mettre fin ou à remplacer l'expérimentation animale (2016, aux côtés du Dr Giorgia Pallocca, coordinatrice et directrice adjointe du CAAT-Europe), le Prix de la recherche sur le bien-être animal de la Fédération allemande Ministère de l'Alimentation et de l'Agriculture (2015) ainsi que le prix de la Society of Toxicology Enhancement of Animal Welfare (2015).

A propos de Thomas Hartung

Thomas Hartung est professeur de toxicologie factuelle à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health de Baltimore depuis 2009 et occupe également le poste de professeur de sciences de la santé environnementale à l'Université de Constance. Il a étudié l'informatique à Hagen ainsi que la biochimie et la médecine à Tübingen, où il a également obtenu son doctorat en toxicologie en 1992. Hartung a également obtenu un doctorat biologique en pharmacologie biochimique de l'Université de Constance. Il a été PDG du Steinbeis Technology Transfer Center for In Vitro Pharmacology and Toxicology à l'Université de Constance de 1996 à 2002 et a dirigé le Centre européen pour la validation des méthodes alternatives de la Commission européenne à Ispra (Italie) de 2002 à 2008.

Thomas Hartung a remporté plusieurs prix pour ses recherches dans le domaine du bien-être animal, notamment le Russell and Burch Award de la Humane Society of the United States (2009) et le Society of Toxicology Enhancement of Animal Welfare Award (2007).

Vous pourriez également aimer...