Les bactéries intestinales peuvent jouer un rôle dans les thérapies contre le cancer de la prostate

Une nouvelle étude du Lawson Health Research Institute et de l'Université Western illustre comment le microbiome intestinal interagit avec un médicament oral chez les patients atteints d'un cancer de la prostate, suggérant que les bactéries intestinales jouent un rôle dans les résultats du traitement.

Les résultats, publiés dans Communications de la nature, mettez en évidence la façon dont l'acétate d'abiratérone est métabolisé par les bactéries intestinales pour réduire les organismes nuisibles tout en favorisant ceux qui combattent le cancer. L'équipe soupçonne que c'est l'un des nombreux exemples de la façon dont le microbiome influence notre réponse aux médicaments.

La recherche commence à découvrir les façons dont le microbiome humain influence le développement, la progression et le traitement du cancer. «  » Notre étude met en évidence une interaction clé entre un médicament anticancéreux et le microbiome intestinal qui se traduit par des organismes bénéfiques aux propriétés anticancéreuses. « 

Brendan Daisley, doctorant, Western's Schulich School of Medicine & Dentistry

Daisley mène des recherches chez Lawson.

Les thérapies traditionnelles du cancer de la prostate sont conçues pour priver le corps des hormones appelées androgènes, qui sont responsables de la croissance du cancer de la prostate.

«Malheureusement, les thérapies traditionnelles de privation d'androgènes ne sont pas toujours efficaces», explique le Dr Joseph Chin, scientifique associé Lawson, professeur à Schulich Medicine & Dentistry et urologue au London Health Sciences Centre (LHSC). « Dans ces cas, des thérapies alternatives sont explorées. »

L'acétate d'abiratérone est une thérapie hautement efficace utilisée dans le traitement du cancer de la prostate qui a résisté à d'autres traitements. Alors que l'acétate d'abiratérone agit également pour réduire les androgènes dans le corps, il le fait par un mécanisme différent et, contrairement aux thérapies traditionnelles, il est pris par voie orale.

«Lorsque les médicaments sont pris par voie orale, ils traversent le tractus intestinal où ils entrent en contact avec des milliards de micro-organismes», explique le Dr Jeremy Burton, scientifique Lawson, professeur agrégé à Schulich Medicine & Dentistry et chercheur principal de l'étude. « Alors que la raison pour laquelle l'acétate d'abiratérone est si efficace est depuis longtemps un mystère, notre équipe se demande si le microbiome intestinal joue un rôle. »

L'étude de l'équipe a inclus 68 patients atteints d'un cancer de la prostate du LHSC, y compris ceux traités avec de l'acétate d'abiratérone et ceux traités avec des thérapies traditionnelles de privation d'androgènes. L'équipe de recherche a recueilli et analysé des échantillons de selles de patients et a mené d'autres expériences dans leur laboratoire du St. Joseph's Health Care London.

Ils ont découvert que les microbiomes intestinaux des patients avaient radicalement changé après la prise d'acétate d'abiratérone. Les bactéries de l'intestin ont métabolisé le médicament, ce qui a entraîné une augmentation significative d'une bactérie appelée Akkermansia muciniphila.

Appelée «probiotique de nouvelle génération», la pertinence de cette bactérie a récemment été étudiée dans plusieurs grandes études sur le cancer. Il a été démontré qu'il facilite une meilleure réponse aux médicaments d'immunothérapie anticancéreuse et peut également générer un large éventail d'autres avantages pour la santé.

L'augmentation de Akkermansia muciniphila a également conduit à une production accrue de vitamine K2, connue pour ses propriétés anticancéreuses pouvant inhiber la croissance tumorale.

L'équipe a également observé l'impact de l'appauvrissement des androgènes sur le microbiome. L'acétate d'abiratérone et les thérapies traditionnelles de privation d'androgènes ont conduit à une diminution des organismes qui utilisent les androgènes.

«Ces résultats démontrent clairement que le microbiome intestinal joue un rôle dans la réponse au traitement», note le Dr Burton.

L'équipe espère explorer davantage les interactions médicament-microbiome dans le but d'exploiter le microbiome pour améliorer les résultats du traitement pour une variété de maladies.

Dans une autre étude, ils explorent si les greffes de microbiote fécal provenant d'un donneur en bonne santé peuvent modifier le microbiome des patients atteints de mélanome pour augmenter les organismes comme Akkermansia muciniphila et améliorer la réponse à l'immunothérapie. Ils prévoient également d'étudier si l'analyse du microbiome d'un patient peut être utilisée pour prédire sa réponse à des thérapies spécifiques.

«Bien que d'autres recherches soient nécessaires, nous pourrions un jour être en mesure d'analyser le microbiome d'un patient pour déterminer le meilleur traitement ou même influencer le microbiome pour améliorer les résultats», déclare le Dr Burton. « Cela pourrait conduire à une nouvelle frontière de la médecine personnalisée. »

L'étude a été rendue possible grâce au généreux soutien de la W. Garfield Weston Foundation, de la St. Joseph's Health Care Foundation et du Canadian Urologic Oncology Group.

La source:

Institut de recherche en santé Lawson

Référence du journal:

Daisley, B. A. et coll. (2020) L'acétate d'abiratérone enrichit préférentiellement pour l'intestin commensal Akkermansia muciniphila chez les patients atteints d'un cancer de la prostate résistant à la castrate. Communications de la nature. doi.org/10.1038/s41467-020-18649-5

Vous pourriez également aimer...