Le programme de formation en recherche translationnelle aide les étudiants à mieux comprendre les problèmes des patients

La recherche translationnelle vise à accélérer les percées de la recherche dans la clinique. Et pourtant, la formation des scientifiques de base et des cliniciens reste trop souvent cloisonnée, ce qui conduit à des cultures divergentes et à une perte de possibilités de collaboration interdisciplinaire.

Le programme TL1 du South Carolina Clinical & Translational Research Institute (SCTR) Institute, un programme de formation à la recherche translationnelle destiné aux doctorants des collèges MUSC des études supérieures, de la médecine, des professions de la santé, de la médecine dentaire et de la pharmacie, tente de changer cela en exigeant des stagiaires TL1. pour effectuer une rotation au cours de laquelle ils suivent des médecins qui traitent les patients atteints des maladies au centre de leur recherche.

La rotation, surnommée la Translational Sciences Clinic, est décrite dans un article récent du Journal of Clinical and Translational Science (JCTS).

L'enseignement dispensé par la clinique des sciences translationnelles est une voie à double sens. Il permet aux stagiaires en sciences fondamentales de mieux comprendre quels sont les problèmes des patients et ce qu'ils doivent aborder dans leurs recherches. Mais les étudiants éduquent également les cliniciens en apportant des questions et des réponses scientifiques fondamentales aux problèmes des patients. « 

Perry Halushka, M.D, PhD, auteur principal de l'étude et directeur du programme TL1, Université médicale de Caroline du Sud

Au cours de la troisième année de leurs études supérieures, les étudiants passent une demi-journée par semaine dans les cliniques de leur choix. À ce moment-là, ils sont déjà bien familiarisés avec le travail d'équipe et les différentes étapes de la recherche translationnelle grâce à leur participation au club de lecture TL1, comme cela a été détaillé dans un autre article récent du JCTS.

Dans le club de lecture, ils lisent des articles documentant la traduction réussie d'une percée à la clinique et travaillent en équipes de trois pour présenter chaque étape de cette recherche. Un membre discute de la recherche fondamentale fondamentale; un autre, les tests cliniques de la percée; et le troisième, sa diffusion.

«Le club de lecture TL1 aide les étudiants à voir comment une découverte de base peut être développée en un médicament ou un dispositif», a déclaré Carol Feghali-Bostwick, Ph.D. « Cela a l'avantage supplémentaire de les faire travailler en équipe. »

Cette formation les prépare bien à travailler dans des équipes interdisciplinaires de la clinique des sciences translationnelles. À son tour, la rotation dans la clinique mène souvent à des collaborations interdisciplinaires continues.

Les cliniciens suivis par les stagiaires rejoignent souvent leurs équipes de mentorat et fournissent des perspectives cliniques sur leurs recherches. Parfois, ils siègent même à leurs comités de thèse. Ce fut le cas de Daniel Lench, qui est maintenant diplômé du programme. Il a travaillé avec Gonzalo J. Revuelta, D.O., un spécialiste des troubles du mouvement.

«Travailler avec le Dr Revuelta dans un cadre de recherche translationnelle a été une expérience particulièrement enrichissante», a déclaré Lench. «J'ai passé un semestre dans sa clinique des troubles du mouvement à observer et à apprendre des cas spécifiques. En tant que membre de mon comité de thèse, le Dr Revuelta m'a aidé à réfléchir davantage à la pertinence clinique des questions de recherche. un cadre solide sur la manière de mener à bien la recherche translationnelle à l'avenir. « 

Dans certains cas, le clinicien mentor est un boursier du SCTR KL2, un médecin-chercheur de niveau junior qui a le temps de poursuivre un projet de recherche.

Par exemple, Xinh Xinh Nguyen, une stagiaire TL1 qui étudie la sclérodermie dans le laboratoire de recherche de Feghali-Bostwick, a pu suivre Deanna Baker Frost, MD, Ph.D., chercheuse KL2 et rhumatologue avec un intérêt clinique pour les maladies auto-immunes et la fibrose, comme elle a vu des patients atteints de sclérodermie.

«La participation au programme TL1 m'a fourni des opportunités d'apprentissage supplémentaires pour acquérir une expertise en recherche translationnelle», déclare Nguyen. « Cela a amélioré mes connaissances sur les aspects cliniquement pertinents de mon projet. » « 

Feghali-Bostwick reconnaît à quel point la rotation dans la clinique des sciences translationnelles a grandement bénéficié à Nguyen.

« Xinh Xinh fait des recherches sur la sclérodermie, mais maintenant elle comprend mieux ce qu'est la sclérodermie et comprend ce que les patients traversent, quelles sont leurs complications et ce pour quoi ils interviennent », a expliqué Feghali-Bostwick.

« Cela met tout en perspective et l'aide à mieux comprendre pourquoi elle fait les recherches qu'elle fait. »

Feghali-Bostwick estime qu'il existe une relation de mentorat naturelle entre les chercheurs de KL2 et de TL1. «Il y a moins d'écart entre eux qu'entre les scientifiques chevronnés, comme moi, et les TL1», a-t-elle déclaré. « C'est un bon ajustement; c'est un ajustement naturel. »

Surtout, la Clinique des sciences translationnelles motive les stagiaires et leur rappelle l'importance du travail qu'ils accomplissent. Au sujet des évaluations de programmes, beaucoup font remarquer que le temps passé en clinique à voir des patients a été l'une de leurs expériences les plus significatives et les plus inspirantes à l'école supérieure.

«Grâce au temps passé à la clinique de recherche translationnelle, les stagiaires ont soudain une meilleure appréciation de ce qu'ils font au banc et voient comment cela pourrait changer la vie des gens», a déclaré Halushka.

« Ils peuvent réellement voir ce qui se passe lorsque des découvertes fondamentales sont transformées en nouvelles approches thérapeutiques. »

La source:

Université médicale de Caroline du Sud

Référence du journal:

Halushka, P., et al. (2020) La clinique des sciences translationnelles: du banc au chevet du patient. Journal des sciences cliniques et translationnelles. doi.org/10.1017/cts.2020.529.

Vous pourriez également aimer...