Le CERN et le CHUV s'associent pour développer la conception conceptuelle d'une installation de radiothérapie innovante

Le CERN et l'Hôpital universitaire de Lausanne (CHUV), en Suisse, collaborent pour développer la conception conceptuelle d'une installation de radiothérapie innovante, utilisée pour le traitement du cancer.

L'installation capitalisera sur la technologie d'accélérateur révolutionnaire du CERN appliquée à une technique appelée radiothérapie FLASH, qui fournit des électrons à haute énergie pour traiter les tumeurs.

Le résultat est une forme de traitement du cancer de pointe, hautement ciblée et capable d'atteindre profondément le corps du patient, avec moins d'effets secondaires. La première phase de l'étude se termine en septembre.

En radiothérapie, l'effet FLASH apparaît lorsqu'une forte dose de rayonnement est administrée presque instantanément – en millisecondes au lieu de minutes. Dans ce cas, le tissu tumoral est endommagé de la même manière qu'avec la radiothérapie conventionnelle, alors que le tissu sain semble être moins affecté, ce qui signifie que moins d'effets secondaires sont attendus.

Cet avantage de la thérapie FLASH a été reconnu au CHUV, qui a été le pionnier du développement du domaine.

En 2018, le CHUV a montré une disparition complète d'une tumeur dans un cancer cutané superficiel résistant, avec presque aucun effet secondaire. Cette première pour le traitement FLASH sur l'homme a accéléré la traduction clinique de la thérapie FLASH. « 

Bourhis, professeur, chef de la radio-oncologie, CHUV

Le CERN et le CHUV, copropriétaires de la technologie, visent à conclure un partenariat pour traduire la conception conceptuelle en plans de construction pour la nouvelle installation FLASH proposée.

La radiothérapie FLASH présente d'autres avantages potentiels: elle administre la dose de rayonnement thérapeutiquement requise en une poignée de séances d'une durée chacune de moins d'une seconde, plutôt qu'en plusieurs séances conventionnelles de quelques minutes.

Le principal défi consiste à obtenir des électrons de haute énergie à l'aide d'accélérateurs linéaires compacts, un défi désormais relevé par la collaboration entre le CERN et le CHUV. La solution vient de la conception conceptuelle d'un appareil unique basé sur la technologie d'accélérateur CLIC (Compact Linear Collider), qui accélérera les électrons pour traiter les tumeurs jusqu'à 15 à 20 cm de profondeur.

«En utilisant la technologie d'accélérateur d'électrons linéaire haute performance CLIC, nous avons conçu une installation capable de traiter des tumeurs volumineuses et profondes dans les délais très courts nécessaires à la thérapie FLASH», explique Walter Wuensch, chef de projet au CERN.

La nouvelle installation sera suffisamment compacte pour être installée dans les hôpitaux existants.

«La physique des particules se situe à l'interface entre la science fondamentale et les avancées technologiques clés. La collaboration entre le CERN et le CHUV démontre à nouveau comment les technologies, les installations uniques et l'expertise du CERN peuvent profiter à la société au-delà de leur utilisation pour notre recherche fondamentale», déclare Frédérick Bordry, directeur du CERN pour les accélérateurs et la technologie et président du Comité directeur des applications médicales du CERN.

«Le CHUV est centré sur l'excellence clinique et les soins centrés sur le patient. Ces valeurs, ainsi que les opportunités uniques de développement et d'innovation qu'offre la région, nous permettent de réaliser de grandes percées.

«Nous sommes particulièrement fiers de notre collaboration avec le CERN et croyons fermement à l'avancement de la radiothérapie FLASH dans un contexte clinique», a commenté le Pr Philippe Eckert, Directeur général du CHUV.

Vous pourriez également aimer...