Lancement d'un consortium de recherche international pour améliorer le traitement de l'obésité

University College Dublin (UCD) mène SOPHIA (Stratification of Phenotypes Obese to Optimiser Future Obesity Therapy), un nouveau consortium de recherche international soutenu par l'UE et l'industrie de 16 millions d'euros lancé aujourd'hui.

SOPHIA, qui comprend vingt-neuf partenaires de la société civile, du monde universitaire et de l'industrie dans 12 pays, vise à améliorer l'évaluation des risques de complications de l'obésité et à prédire la réponse au traitement des personnes obèses.

Le financement de 16 millions d'euros pour ce projet de 5 ans a été octroyé par l'Initiative pour les Médicaments Innovants (IMI), une entreprise conjointe de la Commission européenne et de la Fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques (EFPIA); FRDJ (anciennement la Juvenile Diabetes Research Foundation); la Obesity Action Coalition; et T1D Exchange.

L'obésité est une pandémie mondiale qui touche actuellement environ 150 millions de personnes en Europe et 650 millions de personnes dans le monde. Les complications de l'obésité sont courantes, mais nous ne pouvons pas encore prédire qui développera l'une des 200 complications connues de l'obésité.

De plus, les prédicteurs sont insuffisants pour savoir qui répondra aux traitements contre l'obésité. SOPHIA identifiera, caractérisera et stratifiera des sous-populations cliniquement significatives de patients vivant avec l'obésité afin de faire correspondre le bon traitement pour la bonne personne au bon moment.

Le professeur Carel le Roux, médecin en obésité au UCD Diabetes Complications Research Center de l'UCD School of Medicine, basé à l'UCD Conway Institute, est le coordinateur du consortium SOPHIA.

Le professeur le Roux a déclaré: « Notre mission au sein de la SOPHIA est de permettre aux professionnels de la santé de prédire de manière fiable les complications de l'obésité et qui répondra au traitement. »

SOPHIA fournira une classification factuelle des prédicteurs des complications de l'obésité et de la réponse au traitement de l'obésité tout en identifiant et en établissant des modèles de développement durable des voies de traitement qui seront utiles pour patients, systèmes de santé, chercheurs et cliniciens. « 

Carel le Roux, professeur et médecin de l'obésité, Centre de recherche sur les complications du diabète, University College Dublin

La participation de l'UCD s'appuie également sur le Fonds de soutien stratégique institutionnel du Wellcome Trust qui a permis au Dr Tracey McCauley, UCD Diabetes Complications Research Center, de contribuer.

Atturos, la société de diagnostic clinique fondée par le professeur Stephen Pennington en tant que spin-off de la UCD School of Medicine avec le soutien de NovaUCD, est également un partenaire du consortium.

Le Dr Marianne Ølholm Larsen Grønning, vice-présidente du projet d'entreprise, Novo Nordisk, qui est le chef de projet SOPHIA, a déclaré: «L'obésité est une maladie chronique complexe et il y a encore beaucoup de choses que nous ignorons, à la fois sur la biologie de la maladie elle-même. et comment le traitement peut améliorer la vie des patients obèses. « 

« SOPHIA est une étape importante vers une meilleure compréhension de l'obésité. La collaboration entre le monde universitaire, l'industrie et les associations promet des résultats solides et uniques. »

La voix des personnes vivant avec l'obésité sera au cœur de la SOPHIA à travers la mise en place d'un Conseil Consultatif des Patients. Il veillera à ce que les idées, opinions et souhaits des patients soient placés au cœur de la SOPHIA et entrelacés dans les multiples couches de l'étude.

Le groupe de recherche utilisera ses résultats pour contribuer à une narration plus centrée sur le patient et plus équitable autour de l'obésité et de ses multiples impacts sur les individus d'un point de vue social et médical.

Tout commence par l'obésité étant une maladie chronique, pas quelque chose que les gens choisissent de vivre.

Certaines des méthodes utilisées dans SOPHIA seront; créer une base de données, effectuer des analyses, mener des méthodes qualitatives approfondies avec les patients pour identifier leurs perceptions et perspectives sur le diagnostic et le traitement de l'obésité, et trouver une valeur partagée avec toutes les parties prenantes pour assurer un meilleur traitement des personnes vivant avec l'obésité.

SOPHIA étudiera également les résultats de santé des personnes obèses souffrant de diabète de type 1.

Le Dr Sanjoy Dutta, vice-président de la recherche, FRDJ, a déclaré: « Avec la puissance statistique offerte par une si grande collaboration européenne, nous serons en mesure d'étudier la relation bidirectionnelle entre l'obésité et le diabète de type 1 et, finalement, faire des prévisions valables sur les résultats de santé dans cette population traditionnellement sous-estimée. « 

« Étant donné que les données épidémiologiques récentes indiquent que près de la moitié des adultes atteints de DT1 dans certains pays européens souffrent d'embonpoint ou d'obésité, il est essentiel que la communauté T1D relève ce défi. »

La source:

University College Dublin (UCD) Recherche et innovation

Vous pourriez également aimer...