L'âge moyen peut être plus stressant qu'il ne l'était dans les années 1990

Si la vie vous semble plus stressante maintenant qu'il y a quelques décennies, vous n'êtes pas seul. Avant même que le nouveau coronavirus ne commence à balayer le monde, une nouvelle étude a révélé que la vie peut être plus stressante maintenant qu'elle ne l'était dans les années 1990.

Une équipe de chercheurs dirigée par Penn State a constaté qu'à tous les âges, il y avait une légère augmentation du stress quotidien dans les années 2010 par rapport aux années 1990. Mais lorsque les chercheurs ont limité l'échantillon aux personnes âgées de 45 à 64 ans, il y a eu une forte augmentation du stress quotidien.

En moyenne, les gens ont signalé environ 2% de facteurs de stress supplémentaires dans les années 2010 par rapport aux personnes dans le passé. Cela représente environ une semaine de stress supplémentaire par an. Mais ce qui nous a vraiment surpris, c'est que les personnes en milieu de vie ont signalé beaucoup plus de facteurs de stress, environ 19% de stress en plus qu'en 1990. Et cela se traduit par 64 jours de stress supplémentaires par an. « 

David M. Almeida, professeur de développement humain et d'études familiales, Penn State

Almeida a déclaré que les résultats faisaient partie d'un projet plus vaste visant à découvrir si la santé au milieu de la vie des Américains a changé au fil du temps.

« Certes, lorsque vous parlez aux gens, ils semblent penser que la vie quotidienne est plus agitée et moins sûre de nos jours », a déclaré Almeida. « Et donc nous voulions réellement collecter ces données et exécuter les analyses pour tester certaines de ces idées. »

Pour l'étude, les chercheurs ont utilisé des données recueillies auprès de 1 499 adultes en 1995 et 782 adultes différents en 2012. Almeida a déclaré que l'objectif était d'étudier deux cohortes de personnes du même âge au moment de la collecte des données mais nées dans différentes décennies. Tous les participants à l'étude ont été interrogés quotidiennement pendant huit jours consécutifs.

Au cours de chaque entretien quotidien, les chercheurs ont interrogé les participants sur leurs expériences stressantes au cours des dernières 24 heures. Par exemple, des disputes avec la famille ou des amis ou un sentiment de dépassement à la maison ou au travail.

On a également demandé aux participants à quel point leur stress était grave et si ces facteurs de stress étaient susceptibles d'avoir un impact sur d'autres domaines de leur vie.

« Nous avons pu estimer non seulement la fréquence à laquelle les gens subissaient le stress, mais aussi ce que ces facteurs de stress signifient pour eux », a déclaré Almeida. « Par exemple, ce stress a-t-il affecté leurs finances ou leurs plans pour l'avenir. Et en ayant ces deux cohortes de personnes, nous avons pu comparer les processus de stress quotidiens en 1990 avec les processus de stress quotidiens en 2010. »

Après avoir analysé les données, les chercheurs ont constaté que les participants ont signalé un stress quotidien beaucoup plus important et un bien-être inférieur dans les années 2010 par rapport aux années 1990. De plus, les participants ont signalé une augmentation de 27% de la croyance que le stress affecterait leurs finances et une augmentation de 17% de la croyance que le stress affecterait leurs projets futurs.

Almeida a déclaré qu'il n'était pas surpris que les gens soient plus stressés maintenant que dans les années 90, mais dans le groupe d'âge qui était principalement touché.

« Nous pensions qu'avec l'incertitude économique, la vie pourrait être plus stressante pour les jeunes adultes », a déclaré Almeida. « Mais nous ne l'avons pas vu. Nous avons vu plus de stress pour les gens en milieu de vie. Et c'est peut-être parce qu'ils ont des enfants qui sont confrontés à un marché du travail incertain tout en étant également responsables de leurs propres parents. C'est donc cette pression générationnelle qui fait du stress plus répandue chez les personnes en milieu de vie. « 

Almeida a déclaré qu'alors qu'il existait un stéréotype sur les personnes connaissant une crise de la quarantaine en raison de la peur de la mort et du vieillissement, il soupçonne les résultats de l'étude – récemment publiée dans la revue Psychologue américain – suggèrent que la détresse de la quarantaine peut être due à différentes raisons.

« Cela peut être dû au fait que les personnes en milieu de vie sont responsables de beaucoup de gens », a déclaré Almeida. « Ils sont responsables de leurs enfants, souvent ils sont responsables de leurs parents, et ils peuvent aussi être responsables des employés au travail. Et avec cette responsabilité vient plus de stress quotidien, et peut-être que cela se produit plus maintenant que par le passé. » « 

En outre, Almeida a déclaré que le stress supplémentaire pourrait être dû en partie à l'accélération de la vie due aux progrès technologiques. Cela pourrait être particulièrement vrai pendant les périodes de stress comme la pandémie de coronavirus, lorsque la diffusion des informations peut sembler impossible.

« Avec des gens toujours sur leurs smartphones, ils ont accès à des nouvelles et informations constantes qui pourraient être accablantes », a déclaré Almeida.

Vous pourriez également aimer...