Catégories
Chirurgie esthétique

La recherche examine COVID-19 chez les patients cancéreux

Alors que le monde est aux prises avec la pandémie de COVID-19, de nouvelles questions se posent quant au risque posé par le virus pour différentes populations de patients, y compris les personnes âgées et celles atteintes d'une maladie sous-jacente. Une nouvelle étude publiée sur le serveur de préimpression medRxiv * en mai 2020 traite du risque de COVID-19 dans le sous-groupe de patients atteints de cancer.

Étude: Caractéristiques et résultats de l'infection par le SRAS-CoV-2 chez les patients cancéreux. Crédit d'image: sfam_photo / Shutterstock

Des études antérieures ont montré un doublement des taux de mortalité chez les patients atteints de cancer par rapport à la population générale (5,6% contre 2,3%). Le cancer fait partie des conditions coexistantes qui augmentent le risque de maladie grave à COVID-19. Des études chinoises ont montré que jusqu'à 54% des cas graves étaient survenus chez des patients cancéreux avec un taux de mortalité plus élevé, jusqu'à 29%.

En revanche, des études plus récentes en Chine ont montré que la mortalité chez les patients cancéreux est plus proche de 5% à 10%, et est particulièrement élevée chez ceux atteints d'atteinte pulmonaire, qu'il s'agisse de tumeurs primaires ou secondaires. Des études britanniques et américaines ont contredit ces résultats. Les études citées ici reposent toutes sur des patients hospitalisés plutôt que sur des cohortes potentielles de patients COVID-19, ce qui introduit un biais dans les mesures des résultats.

La présente étude a été initiée à l'Institut Curie suite à la fermeture nationale en France le 6 mars 2020. Le registre des cas de cancer provient donc de toute la durée de l'épidémie et a été conçu pour répondre aux questions sur l'incidence de la maladie, parmi les patients cancéreux et les facteurs de risque de résultats négatifs.

Caractéristiques de la population

Au total, environ 9 800 patients ont fréquenté l'Institut Curie au moins une fois. De ce nombre, plus de 7 800 étaient sous traitement actif. Le cancer le plus fréquent est de loin le cancer du sein, avec 45%, suivi de nombreux autres types de 5% à 6% chacun.

Il y avait 141 patients inscrits dans le registre du cancer-COVID-19, ce qui donne une incidence d'environ 1,4%. L'âge médian était de 62 ans, mais un quart dépassait 70 ans. Un cinquième des patients étaient obèses. Plus d'un tiers souffraient d'hypertension artérielle, un cinquième étaient des fumeurs et plus de 15% souffraient de diabète.

Les anticoagulants, les inhibiteurs de l'ECA ou les ARA pour l'hypertension et les corticostéroïdes étaient couramment utilisés par un quart, un cinquième et un peu moins d'un cinquième des patients. Le type de cancer dans ce groupe a suivi la tendance générale mais à un niveau plus élevé, le cancer du sein représentant 40% suivi par les cancers du sang et ceux des organes féminins à 13%.

70% des patients atteints de tumeurs solides avaient un cancer avancé et 41% avaient des métastases pulmonaires. Seulement 39% étaient traités par une thérapie curative contre le cancer.

Trajectoire du patient de la ligne de base au 28e jour. Diagramme montrant l'évolution du statut des patients atteints de cancer avec COVID-19, basé sur le suivi individuel. Au départ, les patients étaient soit immédiatement renvoyés à la maison (barres bleu foncé), soit hospitalisés (barres bleu clair), y compris les patients déjà hospitalisés au moment du diagnostic de COVID-19 (infection acquise à l'hôpital). Le patient

La trajectoire des patients de la ligne de base au jour 28. Diagramme montrant l'évolution du statut des patients atteints de cancer avec COVID-19, basé sur le suivi individuel. Au départ, les patients étaient soit immédiatement rentrés à la maison (barres bleu foncé), soit hospitalisés (barres bleu clair), y compris les patients déjà hospitalisés au moment du diagnostic de COVID-19 (infection acquise à l'hôpital). Le statut du patient peut avoir changé aux jours 7, 14 et 28 pour l'une des quatre modalités suivantes: congé à domicile (barres bleu foncé), hospitalisé (barres bleu clair), admis aux soins intensifs (barres orange foncé) et décédé (lumière barres orange). Les flux de gris entre les barres sont proportionnels au nombre de patients à chaque étape

Les évaluations des patients n'ont révélé aucune différence significative dans l'atteinte pulmonaire chez les patients cancéreux atteints de COVID-19. Il y avait des différences dans les résultats des tests de laboratoire concernant les numérations globulaires, mais celles-ci n'avaient aucune valeur clinique.

Les deux tiers des patients sont rentrés à la maison, et seulement 8% environ ont été transférés à l'unité de soins intensifs (USI) à un moment donné. Finalement, environ un cinquième des patients sont décédés du COVID-19, principalement ceux atteints d'un cancer du poumon et d'une tumeur maligne du sang. Au total, 35 patients ont été transférés aux soins intensifs ou sont décédés, qui ont tous deux été classés comme un mauvais résultat.

Les principaux facteurs de risque d'un mauvais résultat étaient l'âge avancé, le sexe masculin, le type de cancer (cancer non mammaire et thérapie palliative) et le COVID-19 avec des symptômes pulmonaires et une atteinte pulmonaire plus étendue. Cependant, sur l'analyse multivariée, seules la désaturation en oxygène et les preuves de lésions pulmonaires sur l'imagerie thoracique étaient des prédicteurs fiables pour la mort ou l'admission aux soins intensifs, augmentant ces chances de près de 7 et 2,5 fois, respectivement.

Comment COVID-19 a-t-il affecté les soins contre le cancer?

Dans près de 70% des cas, les médecins ont arrêté la chimiothérapie, la thérapie ciblée et la radiothérapie actuelle. Le traitement par inhibiteur du point de contrôle immunitaire a été arrêté chez plus de 80% des patients. Les chirurgies électives ont été reportées dans près de 80% des cas pendant trois semaines en moyenne.

Pourquoi cette étude est-elle importante?

Cette étude est la première étude prospective de patients cancéreux atteints de COVID-19, y compris les populations hospitalisées et ambulatoires. Les résultats se répartissent en trois groupes:

Un taux d'incidence de 1,4% chez l'ensemble des patients cancéreux, soit 1,7% lorsque seuls ceux atteints d'une maladie active sont pris en compte. Il s'agit peut-être d'une sous-estimation, mais elle se situe dans l'estimation de 5,7% pour la France dans son ensemble.

Par rapport à l'incidence de 12,3% d'infection dans la zone où se trouve l'Institut Curie, cela indique que dans l'ensemble, les patients cancéreux ne présentent pas un risque plus élevé de COVID-19 par rapport à la population générale lorsqu'ils sont dans des conditions d'isolement.

Les caractéristiques cliniques de COVID-19 chez ces patients sont également comparables à celles de la population générale. La mortalité dans les deux groupes est d'environ 20% et a été prédite par les caractéristiques du COVID-19 plutôt que par le cancer, sauf si ce dernier a été récemment diagnostiqué.

Les patients hospitalisés atteints de cancer avec COVID-19 présentaient le même risque de décès. Certaines raisons pourraient être dues à l'utilisation d'anticoagulants, qui pourraient éventuellement prévenir la thromboembolie. L'épuisement immunitaire ou l'inflammation préexistante pourrait expliquer l'échec à observer une tempête de cytokines dans cette population.

Impact de COVID-19 sur les soins contre le cancer

Dans près des deux tiers des cas, les traitements contre le cancer n'ont pas pu se dérouler comme prévu. Une autre étude réalisée par les mêmes chercheurs montre une baisse des consultations primaires pour le cancer du sein de plus d'un tiers, par rapport à la même période en 2019. Cela pourrait avoir un effet prononcé sur le cancer tout en mettant à rude épreuve les ressources de santé liées au cancer.

Les patientes atteintes d'un cancer du sein peuvent être surreprésentées dans cette étude, ce qui aurait pu conduire à une fausse amélioration des statistiques de résultats. Cependant, la configuration des patients est similaire à celle d'autres centres qui offrent des soins complets contre le cancer.

Les chercheurs concluent: «Nos résultats suggèrent fortement que COVID-19 n'est ni plus fréquent ni plus fatal chez les patients cancéreux dans leur ensemble. Une simple évaluation clinique de base combinant une mesure de la saturation en O2 et une tomodensitométrie thoracique identifie clairement les patients à risque de mauvais résultats et devrait être largement recommandée chez les patients cancéreux suspectés de COVID-19.

Cette étude, combinée à de meilleures données épidémiologiques basées sur des tests d'anticorps à grande échelle et à des périodes de suivi plus prolongées, devrait aider à améliorer les soins aux patients atteints de cancer pendant la pandémie.

*Avis important

medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et, par conséquent, ne doivent pas être considérés comme concluants, orienter la pratique clinique / les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *