La plateforme collaborative du CNIO simplifie la recherche sur les métastases cérébrales

La science est par nature collaborative, car les connaissances scientifiques ne progressent, pas à pas, grâce à des efforts et des résultats combinés. Néanmoins, il y a souvent un manque de communication concernant les progrès plus techniques et quotidiens des travaux de laboratoire et, par conséquent, la recherche progresse moins rapidement.

Ces dernières années, en grande partie grâce au développement de l'écosystème numérique, ces barrières à la communication sont surmontées, ce qui se traduit par une amélioration de la transparence et des échanges de connaissances entre les équipes scientifiques.

Conformément à cette tendance, pour la première fois, un groupe de 19 laboratoires internationaux a accepté de regrouper et d'organiser numériquement leurs informations sur les métastases cérébrales, dans le but de faciliter leurs recherches et d'accélérer l'obtention de résultats et de thérapies efficaces.

Cet effort a été coordonné par le Brain Metastasis Group, dirigé par Manuel Valiente au Centre national espagnol de recherche sur le cancer (CNIO), et les informations ont été intégrées dans le site Web du CNIO Brain Metastasis Cell Lines Panel. L'article est publié dans Recherche contre le cancer, une revue de l'American Association for Cancer Research.

Un référentiel de lignées cellulaires …

Entre 10 et 30% de tous les patients cancéreux développent des métastases cérébrales, en particulier des tumeurs du sein, du poumon et de la peau, et les cas sont en augmentation.

Deux des principaux défis de la recherche sur le cancer consistent à comprendre pourquoi certaines cellules tumorales parviennent à surmonter les fortes barrières défensives du cerveau contre les métastases et à développer des thérapies contre ce phénomène.

Maintenant, ces laboratoires (d'Allemagne, de Chine, des États-Unis, d'Irlande, d'Israël, du Royaume-Uni, de Norvège et de Suisse, et le CNIO représentant l'Espagne) ont uni leurs forces pour rassembler dans le BrMPanel toutes les informations générées sur plus de 60 lignées cellulaires liées à leurs recherches.

Les lignées cellulaires, pierre angulaire de la recherche scientifique, sont des collections de cellules humaines ou animales qui ont été conçues pour croître en laboratoire.

Ils sont fondamentaux dans la recherche biomédicale car ils permettent de reproduire au niveau cellulaire et génétique ce qui se passe dans un organisme malade, d'une manière qui permet d'acquérir une compréhension approfondie des mécanismes qui produisent la maladie et d'explorer des thérapies efficaces pour elle.

La plateforme contient des lignées cellulaires de toutes sortes, des lignées cellulaires cultivées in vitro depuis des années, en passant par les lignées développées à partir de modèles de souris qui ont généré spontanément des métastases cérébrales, jusqu'aux lignées dites PDX – extraites d'un patient et les plus génétiquement similaires. à ce patient. « 

Manuel Valiente, initiateur et coordinateur de l'initiative, Centro Nacional de Investigaciones Oncologicas

… et un «livre blanc» sur la façon de les utiliser de la manière la plus efficace

Le BrMPanel explique également comment utiliser ces matériaux biologiques – puisque chaque ligne nécessite une stratégie différente en fonction de ce qui est étudié -, quelles thérapies ont été essayées et si elles ont conduit à un essai clinique chez les patients et avec quel résultat.

« Notre objectif est d'encourager davantage d'équipes à enquêter sur les métastases cérébrales, en facilitant la première étape de la recherche du meilleur modèle avec lequel travailler », poursuit Valiente.

La plateforme a été très bien accueillie depuis son lancement, et avec sa publication maintenant dans Cancer Research, les chercheurs espèrent qu'elle deviendra un livre blanc pour la recherche sur les métastases cérébrales.

Valiente explique que « c'est dommage qu'il soit si difficile d'obtenir de telles informations de base, ce qui conduit à des situations comme un laboratoire consacrant pendant des mois des ressources et des efforts pour développer une lignée cellulaire qui a déjà été créée par quelqu'un d'autre, avec tous les retards dans l'étude que cela implique.

Maintenant, plus que jamais, nous sommes à un moment où les ressources doivent être optimisées et nous devons mettre tout ce que nous savons à la disposition des autres groupes pour éviter la duplication du travail qui a déjà été fait. « 

Les chercheurs espèrent également que le BrMPanel se développera grâce aux contributions de nouveaux laboratoires, et même qu'il inspirera d'autres équipes à créer des panels de lignées cellulaires métastatiques d'autres organes.

La source:

Centro Nacional de Investigaciones Oncológicas (CNIO)

Vous pourriez également aimer...