La dépression est répandue pendant la ménopause, confirme l'étude

Il a été démontré que la dépression est répandue pendant la ménopause, affectant jusqu'à 70% des femmes en transition vers la ménopause.

Une nouvelle étude confirme non seulement la prévalence élevée de la dépression, mais aussi les principaux facteurs de risque de dépression chez les femmes ménopausées, ainsi que toute relation avec l'anxiété et la peur de la mort.

Les résultats de l'étude sont publiés aujourd'hui en ligne dans Menopause, le journal de la North American Menopause Society (NAMS).

Avec la diminution de la production d'hormones pendant la ménopause, les femmes sont plus sujettes à un certain nombre de problèmes psychologiques, notamment la dépression, l'anxiété, l'irritabilité, la nervosité, la tristesse, l'agitation, les problèmes de mémoire, le manque de confiance et de concentration et une perte de libido.

Dans le même temps, à mesure que les femmes vieillissent, la peur de la mort devient plus prononcée. La dépression et l'anxiété, qui sont les problèmes psychologiques les plus courants qui surviennent pendant la transition de la ménopause, augmentent probablement cette peur.

Dans cette nouvelle étude portant sur 485 femmes turques ménopausées âgées de 35 à 78 ans, les chercheurs ont cherché à déterminer la fréquence des symptômes dépressifs chez les femmes ménopausées, les variables qui l'affectent et les niveaux d'anxiété et de peur de la mort.

Ils ont ensuite évalué la relation entre toutes ces variables et la dépression postménopausique. Ils ont constaté que la dépression chez les femmes ménopausées est un problème de santé courant et important qui nécessite une étude plus approfondie.

Dans cette étude spécifique, 41% des participants ont été confirmés comme souffrant d'une forme de dépression, bien qu'il soit théorisé que ce taux était inférieur à celui de certaines études précédentes en raison de l'âge un peu plus bas des participants (âge moyen, 56,3 ans).

De plus, les chercheurs ont identifié les facteurs de risque qui ont le plus affecté la dépression après la ménopause. Il s'agissait notamment d'être veuve ou séparée de son conjoint, de la consommation d'alcool, de tout antécédent médical nécessitant une médication continue, de la présence de toute incapacité physique, d'une maladie mentale diagnostiquée par un médecin et d'avoir au moins quatre enfants vivants.

Ils n'ont cependant confirmé aucune relation entre la dépression et la peur de la mort, bien que l'âge un peu plus jeune du groupe d'étude ait pu influencer ce manque d'association.

Les résultats de l'étude apparaissent dans l'article «Dépression, anxiété et peur de la mort chez les femmes ménopausées».

Les résultats de cette étude impliquant des femmes turques ménopausées sont cohérents avec la littérature existante et soulignent la forte prévalence de symptômes dépressifs chez les femmes de la quarantaine, en particulier celles ayant des antécédents de dépression ou d'anxiété, des problèmes de santé chroniques et des facteurs psychosociaux tels que les événements de vie stressants majeurs.

Les femmes et les cliniciens qui les prennent en charge doivent être conscients que la transition ménopausique est une période de vulnérabilité en termes d'humeur. « 

Dre Stephanie Faubion, directrice médicale du NAMS.

La source:

Société nord-américaine de la ménopause

Vous pourriez également aimer...