La combinaison de peptides et d'antibiotiques pourrait être la clé pour éliminer les parasites Leishmania

Une combinaison de peptides et d'antibiotiques pourrait être la clé pour éliminer le parasite responsable de la leishmaniose et éviter la toxicité pour les humains et les animaux causée par les médicaments actuels. L'étude, coordonnée par des chercheurs de l'UAB, ouvre la porte à de nouveaux traitements plus efficaces contre cette maladie.

La leishmaniose est causée par les parasites protozoaires Leishmania qui sont transmis par la piqûre d'un phlébotome infecté. Bien que dans les pays riches, cette maladie affecte principalement les chiens, dans d'autres pays, elle peut faire des ravages sur la santé des humains, allant des ulcères aux lésions de la moelle osseuse, du foie ou de la rate, ce qui pourrait être mortel.

L'OMS estime qu'il y a actuellement plus d'un milliard de personnes vivant dans des zones où la leichmaniose est endémique et qu'il y a plus d'un million de nouveaux cas chaque année. Il y a donc un besoin urgent de trouver de nouvelles alternatives efficaces et sélectives à la chimiothérapie de la leishmaniose qui peuvent réduire les effets secondaires indésirables des médicaments existants tels que la paromomycine et la miltéfosine.

Les conférenciers Rosa Maria Ortuño et Ona Illa du Département de chimie de l'UAB étaient chargés de coordonner une recherche multidisciplinaire visant à trouver de nouvelles thérapies anti-Leishmania. Ont également participé à l'étude les groupes du professeur Jean-Didier Maréchal, du même département, et du professeur Carme Nogués, du Département de Biologie Cellulaire, Phyisologie et Immunologie de l'UAB, ainsi que les chercheurs Luis Rivas du CIB Margarita Salas – CSIC (Madrid) et Míriam Royo de l'IQAC – CSIC (Barcelone).

L'étude a consisté en la préparation et l'évaluation biologique de nouveaux peptides de pénétration cellulaire (CPP) qui, avec une conjugaison antibiotique, servent de véhicule ou de vecteur pour le médicament, lui permettant de pénétrer dans la membrane cellulaire du parasite et d'être libéré à l'intérieur, provoquant ainsi sa mort. Le résultat est une plus grande efficacité, tandis que dans le même temps, un nombre inférieur de doses orales du médicament est nécessaire. De plus, les CPP synthétisés ne sont pas toxiques pour les cellules de mammifères, mais sont pour la Leishmania.

Bien que l’idée d’utiliser les CPP dans le traitement de la leishmaniose ne soit pas inconnue, l’importance de cette étude réside dans sa grande capacité de pénétration cellulaire et la sélectivité (cellules de mammifères vs cellules parasitaires) des nouveaux peptides synthétisés et étudiés. »

Rosa Maria Ortuño, chargée de cours, Département de chimie de l'UAB

En particulier, la recherche a servi à étudier des peptides constitués d'acides aminés non protéiques avec un conjugué covalent de doxorubicine (Dox), un médicament également utilisé dans les traitements du cancer. Alors que Dox sous sa forme libre n'est pas actif lorsqu'il est incubé avec Leishmania car il n'est pas capable de pénétrer dans son intérieur, le conjugué Dox-PPC s'est avéré toxique à de très faibles concentrations. Sa capacité de pénétration cellulaire a été rationalisée grâce à des études de modélisation moléculaire. Les résultats sont très prometteurs et « beaucoup de recherches sont encore nécessaires avant de penser à de nouveaux médicaments, mais nous sommes maintenant un peu plus proches de notre objectif », conclut Ortuño.

La source:

Universitat Autonoma de Barcelona

Référence du journal:

Illa, O., et coll. (2020) Peptides de pénétration cellulaire contenant du cyclobutane chiral en tant que vecteurs sélectifs pour les systèmes de délivrance de médicaments anti-leishmania. Journal international des sciences moléculaires. doi.org/10.3390/ijms21207502.

Vous pourriez également aimer...