Hypoxie silencieuse et son rôle dans la détection de COVID-19

News-Medical parle au Dr Albet Rizzo de l'hypoxie silencieuse et de la façon dont elle se produit chez les personnes souffrant de COVID-19.

Qu'est-ce que l'hypoxie silencieuse et comment peut-elle survenir?

L'hypoxie silencieuse se produit lorsqu'un contrôle d'oxymétrie de pouls sur un patient qui ne semble pas essoufflé, se traduit par un résultat d'oxymétrie inférieur à celui auquel un médecin pourrait s'attendre.

Cela se produit dans un certain nombre de situations, mais plus récemment, cela a fait la une des journaux en raison du grand nombre d'incidences de ce phénomène chez les personnes diagnostiquées avec COVID-19.

Hypoxie

Crédit d'image: Tashatuvango / Shutterstock.com

Que signifie le terme «silencieux» dans l'hypoxie silencieuse?

Le terme silencieux vient du fait que le patient ne semble pas essoufflé. Ils ne sont pas à bout de souffle, ils n'ont pas d'augmentation de leur fréquence respiratoire, et ils ne se plaignent pas de ressentir une faim dans l'air ou d'avoir l'air mal à l'aise.

La plupart des individus, lorsque leur taux d'oxygène commencera à baisser dans les années 80 ou moins, ressentiront un manque d'air, commenceront à respirer plus rapidement et se sentiront mal à l'aise.

La respiration a tendance à être une chose très naturelle et facile à faire pour nous. Mais lorsque le niveau d'oxygène chute à ce niveau, la plupart des individus auront une idée de ce qu'on appelle la dyspnée, ou essoufflement.

Les raisons pour lesquelles nous devenons essoufflés peuvent inclure à la fois le faible niveau d'oxygène et un niveau élevé de dioxyde de carbone.

Certains médecins disent que la raison pour laquelle les gens ne semblent pas essouffler est que le niveau de dioxyde de carbone peut encore être normal chez ces personnes. Par conséquent, il ne signale aucune détresse à ce moment-là.

Pourquoi l'hypoxie se produit-elle chez certains patients atteints de COVID-19? Pourquoi cela se produit-il sous forme d'hypoxie silencieuse?

Comme pour beaucoup de choses concernant COVID-19, nous allons compter sur de plus en plus de données et d'études qui montrent combien de personnes développent une hypoxie silencieuse. Il y a probablement de nombreux patients COVID-19 souffrant d'hypoxémie qui sont oubliés parce qu'ils sont admis et diagnostiqués pour d'autres raisons telles que la fièvre, la toux ou d'autres choses de cette nature.

Je pense que nous allons devoir examiner un plus grand groupe d'individus pour comprendre pourquoi exactement le virus provoque une hypoxie silencieuse, par rapport à d'autres virus comme la grippe, où il n'est pas vu aussi souvent.

Ce virus a quelque chose de différent dans la façon dont il affecte les vaisseaux sanguins et les voies respiratoires. Certains pensent même que le virus affecte le système nerveux et affecte les mécanismes réels de notre cerveau qui aident à réguler la respiration.

Le mécanisme de la baisse des niveaux d'oxygène est lié à la façon dont le flux sanguin à travers les poumons correspond au flux d'air à travers les poumons. Pour une raison que nous ne pouvons pas encore identifier, chez certains patients, le virus affecte à la fois les vaisseaux sanguins dans les poumons, ainsi que les sacs aériens dans les poumons, ne correspondant pas au flux de sang et d'air, provoquant une baisse des niveaux d'oxygène.

La raison pour laquelle les individus ne se sentent pas aussi essoufflés ou ne semblent pas essouffler est encore un peu mystérieuse. Comme pour beaucoup de choses à faire avec COVID-19, cela n'a pas encore été déterminé.

Peut-être que le virus affecte les vaisseaux sanguins, leur incapacité à se contracter et à se contracter comme ils le devraient, ou peut-être qu'il y a en fait un effet central sur le cerveau où l'effort respiratoire n'est pas repris parce que le virus affecte la capacité du cerveau à reconnaître l'hypoxie.

Il se peut que le niveau d'oxygène baisse sans changer beaucoup la mécanique du poumon, ce qui signifie que le poumon ne devient pas plus rigide et que le patient ne ressent aucune détresse lorsqu'il respire et expire, car il n'y a pas d'augmentation travail respiratoire.

Les poumons ne sentent peut-être pas que le niveau d'oxygène baisse, mais le problème est que les autres organes du corps n'obtiennent pas autant d'oxygène qu'ils en ont besoin.

Il existe actuellement de nombreuses théories sur les raisons pour lesquelles ce virus agit différemment, mais les réponses vont prendre du temps. Nous ne pouvons pas identifier combien de personnes ou quelles personnes développent actuellement une hypoxie silencieuse.

COVID-19(feminine

Crédit d'image: octocore / Shutterstock.com

Veuillez décrire les conseils de l'American Lung Association sur l'hypoxie et le COVID-19. Qu'est-ce qui vous a amené à formuler vos conseils?

Le principal conseil avec certainement COVID-19 et vraiment n'importe quelle condition qui provoque des symptômes est que nous encourageons toujours les patients à reconnaître que quelque chose est différent et à en informer leur professionnel de la santé. Cela peut se faire par télémédecine, par exemple, un appel téléphonique, plutôt que d'aller au bureau.

Aux États-Unis en particulier, il y a eu un certain nombre d'articles parlant d'un oxymètre de pouls utilisé comme appareil à domicile pour aider les patients à dépister le COVID-19.

Le problème est que l'oxymètre de pouls en soi ne doit pas être utilisé comme première étape pour qu'un patient contacte son fournisseur de soins de santé car les symptômes de COVID-19 sont généralement antérieurs au faible niveau d'oxygène.

Il est important de reconnaître les symptômes tels que les fièvres, la toux, les malaises, les choses qui semblent sortir de l'ordinaire, et pas seulement de se fier à un chiffre tel qu'un pouls pour être votre premier avertissement que quelque chose ne va pas. COVID-19 devrait idéalement être reconnu avant le point d'hypoxie. Les signaux antérieurs devraient vous amener à appeler votre médecin.

Le message est de remarquer quels sont vos symptômes, de les comparer aux directives du CDC (trouvées sur leur site Web) et de les communiquer à votre fournisseur de soins de santé. Cela entraînera alors une évaluation qui comprendra l'oxymétrie de pouls.

Nous ne recommandons pas d'utiliser des oxymètres de pouls comme écran initial pour l'autodiagnostic de COVID-19 pour de nombreuses raisons. Tout d'abord, les niveaux d'oxygène peuvent baisser pour d'autres raisons que COVID-19 telles que des caillots sanguins, d'autres types d'infection ou des problèmes cardiaques qui peuvent se développer. Avoir un oxymètre de pouls signifie que vous devez comprendre quel est son rôle et quelles sont ses limites, en fonction de votre état de santé en premier lieu.

Nous comprenons que certaines personnes les achètent et qu'elles peuvent les utiliser comme un autre outil dans leur armoire à pharmacie, avec des thermomètres et des tasses de pression artérielle. Cependant, nous voulons vraiment que les gens s'appuient sur d'autres symptômes qui semblent survenir plus tôt. Le plus tôt ces symptômes sont identifiés et l'intervention est initiée par le patient et son médecin, mieux c'est.

Ensuite, si vous souffrez de ce type d'hypoxémie, elle sera reconnue et d'autres mesures seront prises pour vous soigner. De nombreux patients atteints de COVID-19, probablement jusqu'à 80%, ont une maladie très légère et ne présentent pas d'hypoxémie. Les 20% restants, une fois identifiés comme ayant COVID-19 et un niveau d'oxygène inférieur à ce qu'ils devraient, sont considérés comme plus sévères. Dans de nombreux cas, c'est là que la décision d'hospitaliser et de poursuivre le traitement est prise.

Certaines personnes devraient-elles se surveiller attentivement pour une auto-détection précoce de COVID-19?

Souvent, les personnes qui ont des oxymètres de pouls ou de l'oxygène supplémentaire sont celles qui ont déjà développé des maladies pulmonaires ou cardiaques chroniques avant la pandémie de COVID-19, et elles doivent être conscientes que les symptômes doivent être reconnus plus tôt que l'oxymètre de pouls ne leur dit est un problème. Il s'agit d'une population où le diagnostic précoce est important.

Au-delà de cela, les personnes qui pourraient être autrement immunodéprimées en raison d'autres maladies immunologiques ou à cause de médicaments sur lesquels elles ont compromis leur système immunitaire devraient avoir une conscience accrue qu'elles peuvent avoir des complications de la maladie. Ils doivent être particulièrement prudents au sujet du lavage habituel des mains, de ne pas toucher le visage, d'éviter les personnes malades et d'employer la distanciation sociale.

Oxymètre de pouls

Crédit d'image: Cliquez et photo / Shutterstock.com

Les patients COVID-19 souffrant d'hypoxie sont-ils plus à risque et ont-ils besoin d'un traitement spécifique?

Oui. Environ 80% des personnes atteintes de COVID-19 n'auront qu'une maladie bénigne. Une fois que nous constatons une baisse du niveau d'oxygène, cela les expose à un risque plus élevé de développer des complications. Ce sont les personnes qui seront mises sous oxygène supplémentaire et ce sont les plus susceptibles d'être hospitalisées et surveillées.

Selon les essais cliniques, certains médicaments peuvent être lancés à ce moment-là. Le plus grand soutien que nous puissions apporter, cependant, est d'identifier l'hypoxie et de commencer à la traiter avec de l'oxygène supplémentaire et à surveiller ces patients beaucoup plus étroitement que nous ne le ferions les autres qui ont une maladie bénigne et aucune hypoxie.

Dès que la saturation baisse, d'autres organes du corps sont mis en danger, comme le cœur, les reins, le cerveau et le foie. Nous devons empêcher d'autres dommages aux organes, ce qui se produit si le soutien n'est pas fourni et si le faible niveau d'oxygène n'est pas corrigé.

Quelles recherches sont actuellement en cours pour déterminer la relation entre l'hypoxie et COVID-19?

Il existe de nombreux organismes qui se penchent sur cette question. Je sais qu'il y a des chercheurs à travers le monde qui identifient, en particulier dans le cadre des soins intensifs, le mécanisme de l'hypoxémie chez ces personnes. Une partie de ces études consiste à examiner ce qui arrive à la physiologie pulmonaire chez ces patients.

Le SDRA, syndrome de détresse respiratoire aiguë, est l'une des voies permettant aux individus de développer un COVID-19 sévère et de se retrouver sous ventilation. Dans ces situations, les poumons sont très rigides, nécessitant des pressions plus élevées et des niveaux d'oxygène plus élevés pour améliorer l'hypoxémie. Chez d'autres patients COVID-19, les poumons ne sont pas aussi rigides, mais les niveaux d'oxygène sont faibles.

Tout cela est examiné. Je ne peux citer aucun enquêteur en particulier ni aucune organisation qui se penche sur cette question. Il s'agit d'une collaboration mondiale pour déterminer les mécanismes de la maladie et ce qui se passe dans les poumons, les vaisseaux sanguins et le cerveau. Ce virus affecte des parties du corps qui ne sont généralement pas affectées par la plupart des virus.

En termes de recherche, nous avons constaté une coopération importante et une augmentation de la collaboration et de la communication au sein de la communauté scientifique mondiale. Les scientifiques tentent de trouver rapidement des réponses.

Parfois, cela apparaît comme une désinformation et peut être trompeur, mais c'est simplement parce que tout ce virus est dans le moment et que nous attendons plus d'informations. Nous avons bien collaboré, mais nous devons attendre et voir ce que les réponses finales se trouvent dans un ensemble de données plus large.

Patient sous ventilateur

Crédit d'image: Kiryl Lis / Shutterstock.com

Comment les conseils de l'American Lung Association pourraient-ils contribuer à améliorer les réponses à la pandémie?

Nos conseils peuvent aider à améliorer les réponses sur une base individuelle. La reconnaissance par le patient des symptômes, l'identification précoce et la communication avec les prestataires de soins de santé plutôt que de simplement se fier à un faible niveau d'oxygène comme première indication est ce qui est important.

Je pense que publier plus d'informations sur la véritable nature et le nombre de symptômes qui se produisent est le meilleur moyen d'assurer une communication rapide avec les prestataires de soins et l'identification de l'hypoxémie. Cela permet de décider si un patient est léger ou modéré et s'il doit être hospitalisé ou s'il peut se débrouiller à domicile.

Nous visons à donner plus d'informations pour aider le public à prendre une décision éclairée qui est meilleure pour lui. C'est plus utile que de tout baser sur un titre qui dit: « L'hypoxémie se produit dans COVID-19. » Cela peut arriver, mais cela ne se produit pas chez tout le monde, et quand cela se produit, ce pourrait être un signe ultérieur de la maladie plutôt qu'un signe précoce de la maladie.

La recherche derrière COVID-19 pourrait-elle améliorer notre compréhension de l'hypoxie et de ses traitements? Ces connaissances pourraient-elles être utilisées pour préparer de futures pandémies de virus respiratoires?

Voilà l'espoir. Nous espérons que la recherche autour de COVID-19 améliore tout, que nous puissions développer ou non des vaccins et des antiviraux adéquats, ou développer des traitements qui aident à contrôler la réponse immunitaire. Ce virus semble déclencher une réponse immunitaire hyper-réactive ou la tempête de cytokines.

La recherche examine tous ces aspects de COVID-19, pas seulement l'hypoxie, et essaie de reconnaître ce qui se produit dans le corps qui mène à ces dérangements – pas seulement un faible niveau d'oxygène, mais une augmentation des niveaux de marqueurs inflammatoires et une augmentation de l'implication du sang les vaisseaux, les muscles, le cœur, les reins et le cerveau.

Je pense que nous apprenons de cette maladie. Ce que nous apprenons sur l'hypoxie silencieuse pourrait nous aider à en savoir plus sur ces symptômes dans d'autres virus respiratoires. En général, avec le virus, nous en apprendrons beaucoup plus en voyant quels autres aspects de la physiologie de notre corps sont affectés. Il y aura encore beaucoup à apprendre au lendemain de la pandémie.

Quelles sont les prochaines étapes pour l'association pulmonaire américaine à ce stade?

Une partie de ce que nous avons essayé de faire tout au long de la pandémie est d'essayer de diffuser des informations fiables et utiles sur la maladie qu'il est important que le public reconnaisse. Lorsqu'il y a un flux d'informations aussi rapide avec des personnes à travers le monde parlant toutes des différents aspects et manifestations de la maladie, les gens doivent essayer de comprendre ce qu'ils devraient reconnaître par eux-mêmes et quand devraient-ils contacter leur médecin pour obtenir un traitement.

Ils doivent également être conscients des multiples essais cliniques de différents médicaments examinés. De nombreuses variantes de médicaments sont en cours d’essai, et les gens doivent se méfier du fait que même si les médicaments présentent certains avantages, il existe également des risques. Ils doivent avoir cette discussion éclairée avec leurs médecins quand il s'agit d'utiliser des médicaments s'ils ne sont pas réellement sanctionnés ou se sont révélés efficaces dans cette maladie.

Nous essayons d'améliorer la condition de chacun malgré le fait que nous n'ayons pas de véritable traitement pour le moment. Nous utilisons les meilleures informations disponibles pour donner aux patients les meilleures chances de survie.

L'Association pulmonaire a des recherches que nous finançons, mais nous n'avons certainement pas des milliards de dollars à consacrer à la recherche comme le font de nombreuses autres entreprises qui développent des vaccins et des antiviraux. Nous avons toujours estimé que la recherche est une partie importante de nos activités, mais éduquer le public et plaider pour des choses telles que l'accès aux soins, la qualité des soins et veiller à ce que les disparités soient réduites dans l'ensemble de notre secteur de la santé constituent une part importante de notre mission.

À propos du Dr Albert Rizzo

Le Dr Albert A. Rizzo est le médecin-chef de l'American Lung Association et pratique la médecine pulmonaire / du sommeil au Christiana Care Health System à Newark, Delaware en tant que membre de Christiana Care Pulmonary Associates. Dr. Albert Rizzo

Il est certifié par le conseil d'administration en médecine interne, pulmonaire, soins intensifs et médecine du sommeil et est professeur adjoint de médecine clinique au Sidney Kimmel Medical College de l'Université Thomas Jefferson à Philadelphie où il a obtenu son diplôme de médecine (1978) et a terminé sa résidence en Médecine interne (1978-1981).

Il a reçu sa formation spécialisée au Georgetown University Hospital de Wash DC (1981-1983). Il est membre de l'American Thoracic Society, membre de l'American College of Chest Physicians et de l'American College of Physicians et de l'American Association of Sleep Medicine et diplomate de l'American Board of Sleep Medicine.

Vous pourriez également aimer...