Hygiène buccale et gravité de COVID-19 – la connexion

Des chercheurs britanniques ont découvert un lien entre une mauvaise hygiène bucco-dentaire et la gravité de la maladie COVID-19 causée par une infection grave au coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2). L'étude des chercheurs Victoria Sampson, du cabinet dentaire 38 Devonshire Street, Londres, Nawar Kamona du Center for Nutrition Education & Lifestyle Management (CNELM), Londres et Ariane Sampson d'Orthodontics, Cambridge University Hhospital Trust, Royaume-Uni ont collaboré pour trouver le lien entre la gravité de l'infection et une mauvaise hygiène buccale. Leur étude intitulée «Pourrait-il y avoir un lien entre l'hygiène buccale et la gravité des infections par le SRAS-CoV-2?» a été publié dans le dernier numéro de la revue British Dental Journal.

Virus SARS-CoV-2 se liant aux récepteurs ACE-2 sur une cellule humaine, le stade initial de l'infection par COVID-19. Crédit d'illustration: Kateryna Kon / Shutterstock

Virus SARS-CoV-2 se liant aux récepteurs ACE-2 sur une cellule humaine, le stade initial de l'infection par COVID-19. Crédit d'illustration: Kateryna Kon / Shutterstock

La pandémie de COVID-19

Depuis décembre de l'année dernière, il y a eu une augmentation constante du nombre de SRAS-CoV-2 ou d'une nouvelle infection à coronavirus qui cause la COVID-19 diesase. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré le COVID-19 urgence mondiale le 30e janvier 2020 et, le 11e de mars 2020, l'a déclarée pandémie lorsque ce virus hautement contagieux a infecté des populations à travers le monde. À ce jour, dans le monde, 10 434 385 personnes ont été infectées et il y a eu 509 779 décès attribués au virus dans le monde en raison de cette infection.

Sur quoi portait cette étude?

À ce jour, les chercheurs ont identifié plusieurs facteurs de risque associés à l'évolution et à l'issue graves de la maladie au COVID-19. Alors que de nombreux patients infectés par le virus se rétablissent sans complications, certains peuvent avoir besoin d'une hospitalisation, d'une supplémentation en oxygène et même d'une ventilation. Certains des facteurs de risque associés aux mauvais résultats de la maladie comprennent l'hypertension artérielle, l'obésité diabétique et les maladies cardiaques. L'équipe de chercheurs explique que 52% des décès dus au COVID-19 surviennent également chez des individus en bonne santé, et la cause derrière cela n'est pas claire. Ils ont écrit que les principales complications de COVID-19 comprennent «les caillots sanguins, la pneumonie, la septicémie, le choc septique et le SDRA (syndrome de détresse respiratoire aiguë)». Ces complications sont observées principalement chez les personnes atteintes de comorbidités et de surcharge bactérienne, ont-ils écrit.

Résultats sur les bactéries et COVID-19

L'équipe suppose qu'il pourrait y avoir un lien entre l'infection par le SRAS-CoV-2 et la «charge bactérienne». Ils ont essayé d'explorer si des niveaux élevés de bactéries ou de surinfections bactériennes et des complications d'infections bactériennes telles que la pneumonie, la septicémie et le syndrome de détresse respiratoire pouvaient être associés à de mauvais résultats de COVID-19.

Hygiène buccale et COVID-19

Cette étude a exploré les complications du COVID-19 observées chez les personnes ayant une mauvaise santé bucco-dentaire et une maladie parodontale. Le microbiome oral ou la flore microbienne de la bouche a été exploré et sa connexion avec le résultat COVID-19 a été analysée. Les auteurs ont écrit: «Nous explorons le lien entre une charge bactérienne élevée dans la bouche et les complications post-virales, et comment l'amélioration de la santé bucco-dentaire peut réduire le risque de complications de COVID-19».

Les auteurs de l'étude ont écrit que lors d'une infection pulmonaire, il existe un risque d'aspiration des sécrétions orales dans les poumons, ce qui pourrait provoquer une infection. Certaines des bactéries présentes dans la bouche qui pourraient provoquer de telles infections comprennent «Porphyromonas gingivalis, Fusobacterium nucleatum, Prevotella intermedia», ont-ils écrit. Ils ont expliqué que la parodontite ou l'infection des gencives est l'une des causes les plus répandues de bactéries nocives dans la bouche. Ces bactéries conduisent à la formation de cytokines telles que l'interleukine 1 (IL1) et le facteur de nécrose tumorale (TNF), qui peuvent être détectés dans la salive et peuvent atteindre les poumons, provoquant une infection en leur sein. Ainsi, les chercheurs ont écrit: « une hygiène bucco-dentaire inadéquate peut augmenter le risque d'échanges inter-bactériens entre les poumons et la bouche, augmentant le risque d'infections respiratoires et de complications bactériennes potentiellement post-virales. »

Résultats de l'étude

L'équipe a écrit: «Une bonne hygiène bucco-dentaire a été reconnue comme un moyen de prévenir les infections des voies respiratoires chez les patients, en particulier chez ceux de plus de 70 ans». Les personnes atteintes d'une maladie parodontale présentent un risque accru de 25% de maladie cardiaque, trois fois le risque de développer un diabète et 20% de risque accru d'hypertension artérielle, ont écrit les chercheurs. Ce sont tous des facteurs de risque de COVID-19 sévère, ont-ils écrit.

Conclusions et implications

Cette étude conclut que 20 pour cent des patients atteints de COVID-19 évoluent vers une maladie grave avec des niveaux élevés de «marqueurs inflammatoires (IL-2, IL-6, IL-10), de bactéries et de neutrophiles en lymphocytes». Ils ont noté que l'environnement microbien oral et COVID-19 pouvaient être liés. Les quatre facteurs de risque essentiels de COVID-19 sévère, le diabète, l'hypertension artérielle, les maladies cardiaques et l'obésité, sont également associés à une mauvaise hygiène buccale, ont-ils écrit. Ils recommandent que «l'hygiène buccale soit maintenue, sinon améliorée, lors d'une infection par le SRAS-CoV-2 afin de réduire la charge bactérienne dans la bouche et le risque potentiel de surinfection bactérienne». Ces précautions sont particulièrement importantes pour les personnes atteintes de diabète, d'hypertension cardiaque, ont-ils écrit.

Vous pourriez également aimer...