Étude visant à examiner les effets possibles du COVID-19 sur le risque de démence chez les personnes âgées

En plus de son impact clair sur la santé physique, le COVID-19 peut également avoir des conséquences néfastes sur la santé du cerveau. Par conséquent, des chercheurs du Rotman Research Institute (RRI) de Baycrest étudient les effets possibles du COVID-19 et des mesures de prévention des infections sur le risque de démence chez les personnes âgées.

La pandémie peut augmenter le risque de développer une démence de deux manières. Premièrement, à travers les symptômes respiratoires caractéristiques du virus, il peut y avoir une diminution de l'oxygène allant au cerveau, ce qui pourrait avoir des conséquences négatives et causer des dommages. Des recherches émergentes du monde entier montrent que le fait d'être hospitalisé et sous respirateur a un impact négatif sur le cerveau. « 

Dre Jennifer Ryan, scientifique principale, Institut de recherche Rotman de Baycrest

Le Dr Ryan ajoute: «Deuxièmement, la mesure de prévention des infections par la distance physique peut entraîner un isolement social pour certaines personnes. Cela pourrait conduire à un épisode dépressif, et nous savons que la dépression augmente le risque de troubles cognitifs légers (MCI) et de démence plus tard. sur. »

Les effets de la pandémie sur la santé du cerveau ne peuvent être ignorés. Une personne qui se débrouillait bien avant la pandémie pourrait se retrouver à l'hôpital avec le COVID-19 ou vivre un épisode dépressif en raison de l'isolement social, ce qui pourrait les mettre sur la trajectoire de la démence.

Dans cette étude, les chercheurs passent des appels téléphoniques toutes les deux semaines à des personnes âgées en bonne santé vivant dans la communauté et les interrogent sur leur santé mentale, leurs niveaux d'exercice et de socialisation, et leur exposition au COVID-19. Ils testent également les fonctions cognitives de ces personnes âgées, comme la mémoire. L'étude fait partie d'un projet de recherche plus vaste qui examine les facteurs qui peuvent prédire quelles personnes âgées développeront finalement un ICM ou une démence.

«Cette étude nous permettra de mieux comprendre les risques posés à la santé cérébrale des personnes âgées pendant la pandémie», déclare la Dre Rosanna Olsen, scientifique au RRI. «Les résultats devraient également aider à identifier les moyens par lesquels ce groupe peut être soutenu pendant ces périodes sans précédent, par exemple par le biais d'interactions sociales virtuelles, de programmes d'exercices ou d'autres activités sans danger pour les COVID.

L'étude examinant les facteurs qui prédisent qui développera la démence est financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Avec un financement supplémentaire pour la partie COVID-19 de leur recherche, les scientifiques pourraient faciliter plus d'appels à plus de participants dans un laps de temps plus court et partager leurs résultats avec la communauté scientifique et la population générale plus rapidement.

La source:

Centre de soins gériatriques Baycrest

Vous pourriez également aimer...