Catégories
Chirurgie esthétique

Des dispositifs portables au point de service sont prêts à diagnostiquer des problèmes de santé courants

Transformer la façon dont les problèmes de santé courants sont diagnostiqués à l'aide de points de soins et d'appareils de diagnostic biologique portables est l'objectif d'un nouveau projet de 2,2 millions de dollars de l'Université d'Australie du Sud.

Le professeur Benjamin Thierry, ingénieur biomédical à l'UniSA, vise à développer une gamme de technologies de détection à l'état solide et portables capables de diagnostiquer des conditions telles que la prééclampsie, l'épilepsie, les arythmies fœtales et les crises cardiaques.

Le professeur Thierry espère que ces technologies aideront à combler les importantes disparités en matière de résultats de santé, qui font que les personnes vivant dans les zones rurales et éloignées connaissent des niveaux de maladie plus élevés et un accès réduit aux services de santé, par rapport à leurs homologues métropolitains.

Les produits de consommation portables tels que le Fitbit sont déjà courants, mais l'énorme potentiel médical transformateur des technologies portables doit encore être réalisé « , dit-il.

Nous avons une énorme opportunité de créer des appareils portables capables de mieux diagnostiquer et surveiller les conditions médicales, en particulier dans les zones rurales et éloignées où les patients n'ont souvent pas accès aux tests et aux soins spécialisés disponibles dans les villes.

Benjamin Thierry, professeur, ingénieur biomédical Université d'Australie du Sud

Thierry déclare: «Certaines des technologies que j'espère développer comprennent des dispositifs portables capables de surveiller l'ECG en continu et avec précision, ce qui pourrait à son tour prédire les crises d'épilepsie ou détecter la prééclampsie et d'autres complications de grossesse connexes.

« Ces appareils portables utilisent une technologie de détection à semi-conducteurs de pointe appelée transistors à effet de champ, qui peuvent mesurer des signaux bioélectriques avec une sensibilité extrême lorsqu'ils sont mis en œuvre à l'échelle nanométrique. »

En outre, le professeur Thierry développera des dispositifs conformes basés sur des capteurs de jonction à effet tunnel magnétique pour enregistrer et cartographier les champs magnétiques produits par l'activité électrique dans le cœur. Il espère que cela permettra une surveillance non invasive plus précise de l'activité cardiaque fœtale et un diagnostic rapide et au point de service du syndrome coronarien aigu, y compris les crises cardiaques.

« Au cœur de ce projet se trouve le développement de dispositifs innovants et abordables qui peuvent être utilisés directement par les patients sous la supervision de prestataires de soins de santé primaires, sans avoir besoin de tests invasifs ou longs ou de soins spécialisés », dit-il.

« Ces appareils ont le potentiel de révolutionner la façon dont nous prenons soin des personnes dans le monde qui vivent dans des régions pauvres et éloignées.

« Si nous pouvons fournir des outils abordables capables de prédire ou de diagnostiquer au sein des communautés locales, des problèmes de santé courants tels que les complications de la grossesse ou les crises cardiaques, nous améliorerions considérablement les soins de santé à tous les niveaux et, finalement, réduirions les disparités en matière de résultats de santé qui existent dans le monde. »

Le projet s'appuie sur les travaux précédents du professeur Thierry au Future Industries Institute de l'UniSA, où il a dirigé les équipes de recherche qui ont développé une technologie brevetée de diagnostic de la stadification du cancer et, plus récemment, un appareil portatif bon marché et jetable qui peut avertir les médecins si une femme souffre de prééclampsie à partir d'une une goutte de sang.

La clé du travail du professeur Thierry est de travailler en partenariat avec l'industrie et les utilisateurs finaux pour garantir que ce qui se passe en laboratoire se traduit par des résultats réels pour les patients. Il dit que cela est essentiel pour s'assurer que les appareils répondent à l'approbation réglementaire des appareils de diagnostic médical et sont pratiques à utiliser dans les milieux de soins primaires.

Il continuera également à collaborer avec la communauté australienne des dispositifs médicaux, y compris le programme de partenariat avec les dispositifs médicaux, ainsi qu'avec son réseau mondial de collaborateurs.

Le projet de subvention de l'investigateur du professeur Thierry «  Lutter contre les disparités en matière de soins de santé dans les environnements éloignés et à faibles ressources avec un dispositif de biodiagnostic à l'état solide '' a reçu 2194658,35 $ du Conseil national de la santé, de la médecine et de la recherche (NHRMC).

La source:

Université d'Australie du Sud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *