Des chercheurs étudient l'effet placebo dans le traitement des nausées au niveau moléculaire

Les bases moléculaires de l'effet placebo sont mal connues. Une équipe dirigée par Ludwig-Maximilians-Universitaet (LMU) à Munich, la chercheuse Karin Meissner a maintenant étudié le phénomène dans le contexte de la nausée et identifié des protéines spécifiques en corrélation avec son impact favorable.

L'effet placebo semble faire des merveilles. Dans certains cas, l'administration d'un «médicament» à des patients qui ne sont pas conscients du fait que la préparation ne contient aucun agent actif peut avoir un impact positif sur leur état – soulageant la douleur, par exemple. L'effet placebo est bien connu, mais il a été étudié principalement dans le contexte des syndromes douloureux.

Cela a conduit les chercheurs à se concentrer sur les changements dans l'activité cérébrale, car ils semblent offrir le substrat le plus probable pour le phénomène. Mais les mécanismes biologiques responsables de l'effet restent insaisissables. Un groupe de chercheurs dirigé par Karin Meissner à l'Institut de psychologie médicale du LMU, en collaboration avec des collègues basés au Helmholtz Zentrum München, vient de réaliser la première étude de l'effet placebo au niveau moléculaire, dans le cadre du soulagement des nausées.

Leurs résultats ne confirment pas seulement l'efficacité d'un placebo sur les symptômes, ils révèlent également des changements dans la chimie du sang qui pourraient expliquer l'effet lui-même.

Il s'agit de la première étude jamais entreprise dans laquelle la protéomique a été utilisée dans le cadre de la recherche sur l'effet placebo. La protéomique est une méthode qui permet d'identifier pratiquement toutes les protéines présentes dans les cellules, les tissus ou les fluides corporels. La protéomique plasmatique fournit donc une image impartiale de l'effet placebo au niveau moléculaire. « 

Karin Meissner, chercheuse, Université Ludwig Maximilian de Munich

Les nausées ne sont que trop familières aux voyageurs qui sont sujets au mal de mer causé par le mouvement constant et imprévisible de la surface de l'océan. Mais la nausée survient dans de nombreux autres contextes – y compris la grossesse – et en tant qu'effet secondaire des médicaments sur ordonnance ou des anesthésiques.

Jusqu'à présent, relativement peu d'études ont été consacrées au rôle ou à la puissance de l'effet placebo dans le traitement des nausées. «Je trouve la nausée comme un symptôme particulièrement intéressant, car elle est associée à des changements mesurables de l'activité de l'estomac», explique Meissner. Cela fournit un paramètre physique objectif avec lequel le mystérieux effet placebo peut être surveillé.

Les chercheurs ont d'abord exposé une cohorte de 100 volontaires à un stimulus visuel connu pour induire des nausées de manière fiable. Plus précisément, on leur a montré une succession continue de bandes noires et blanches affichées sur un écran semi-circulaire à 30 cm de distance. Leurs réactions à ce stimulus de la vection, qui induit l'illusion de l'auto-mouvement, ont ensuite été évaluées.

Les sujets ont été interrogés sur leurs symptômes, leurs niveaux d'activité gastrique ont été mesurés et des échantillons de sang ont été prélevés, qui ont ensuite été soumis à une analyse protéomique. Le jour suivant, l'équipe a testé la réaction de divers sous-groupes de leur population expérimentale à un placebo par rapport à un traitement efficace ou à l'absence de traitement du tout.

Dans le cas du traitement éprouvé, un stimulateur neuronal électrique transcutané (dispositif TENS) a été utilisé pour délivrer des impulsions électriques légères à des points d'acupuncture particuliers sur la peau. Dans le cas du groupe placebo, le traitement était soit appliqué uniquement superficiellement sur la peau, soit l'instrument n'était pas du tout allumé.

Les résultats sont étonnants, dans la mesure où ils semblent confirmer certaines des hypothèses qui ont été avancées pour expliquer l'effet placebo dans la littérature scientifique, explique Meissner. Par exemple, l'analyse protéomique du sang des sujets expérimentaux a révélé la présence de protéines spécifiques qui ont été liées à une réponse immunitaire rapide aux nausées.

«Et dans notre étude, le traitement placebo semble réprimer cette réponse immunitaire», explique Meissner. En outre, il existe des indications selon lesquelles des protéines comme la neurexine et la rééline, qui ont été liées à un comportement empathique et à des liens, pourraient être liées à l'effet placebo sur le soulagement des nausées.

Cela suggère que les hormones associées à la liaison peuvent amplifier l'effet placebo – et cela peut indiquer une origine évolutive du phénomène. «Chez les mammifères sociaux, le comportement de toilettage renforce les liens», souligne Meissner. Il s'agit d'une forme d'hygiène sociale – un terme qui pourrait également s'appliquer à un traitement placebo – et qui pourrait stimuler la libération de certaines hormones qui soutiennent l'impact du placebo, ajoute-t-elle.

Enfin, les signatures protéomiques trouvées dans le plasma sanguin ont été en mesure de prédire avec une précision surprenante lequel des participants développerait la réponse la plus efficace au placebo, dit Meissner. Une autre observation notable a été faite au cours de l'étude en relation avec l'effet du placebo. La nausée s'accompagne d'un changement détectable de l'activité des muscles de l'estomac.

Ce paramètre est revenu à la normale chez les femmes ayant reçu le traitement placebo, mais n'a pas répondu dans la cohorte masculine correspondante. «Les raisons de cette différence liée au sexe ne sont pas encore connues», déclare Meissner.

« Mais ils peuvent être liés aux différences entre les sexes en ce qui concerne la façon dont les individus s'adaptent aux stimuli pénibles. » Elle et ses co-auteurs considèrent la nouvelle étude comme une première étape prometteuse, car elle souligne le potentiel des analyses protéomiques dans la recherche clinique.

La source:

Université Ludwig Maximilian de Munich

Référence du journal:

Meissner, K., et al. (2020) Classification moléculaire de l'effet placebo dans les nausées. PLOS ONE. doi.org/10.1371/journal.pone.0238533.

Vous pourriez également aimer...