Catégories
Chirurgie esthétique

De nouvelles recommandations pour lutter contre la tuberculose en période de crise des coronavirus

L'Organisation mondiale de la santé a publié aujourd'hui de nouvelles recommandations pour lutter contre la tuberculose, une maladie respiratoire, à la suite de la propagation du coronavirus à travers les continents.

À l'occasion de la Journée mondiale de la tuberculose, l'OMS envoie un rappel brutal que la tuberculose reste la maladie infectieuse la plus dangereuse au monde, avec 1,5 million de décès sur les 10 millions de cas enregistrés en 2018.

Le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dit qu'il espère qu'une attention renouvelée sera accordée à la lutte contre ces maladies, car la pandémie de coronavirus démontre leur impact sur les personnes en mauvaise santé.

« COVID-19 souligne à quel point les personnes atteintes de maladies pulmonaires et de systèmes immunitaires affaiblis peuvent être vulnérables », dit-il.

Partenaires à but non lucratif en santé (PIH), membre du projet endTB opérant dans les pays du Sud, dit que la communauté de la santé doit considérer quelles leçons de la lutte contre la tuberculose peuvent être utilisées pour traiter et prévenir COVID-19.

«Pour arrêter COVID-19, nous pouvons utiliser bon nombre des mêmes outils nécessaires pour lutter contre la tuberculose: contrôle des infections, recherche des contacts, télémédecine et soutien psychosocial», explique PIH.

Contrairement au coronavirus, la tuberculose se transmet par les bactéries. Mais les deux maladies affectent les poumons, provoquant des difficultés respiratoires, de la fièvre et, si elles deviennent chroniques, des cicatrices pulmonaires dangereuses.

Pour marquer la Journée mondiale de la tuberculose 2020, l'OMS a mis à jour ses recommandations sur le traitement et, finalement, l'éradication de la tuberculose dans le monde. L'organisation dit qu'elle veut déplacer son attention de la lutte contre les points chauds de la tuberculose à l'intensification du traitement préventif.

Cela se concentrera sur les ménages avec un patient tuberculeux, ceux vivant avec le VIH et ceux avec une immunité plus faible. Tout comme COVID-19, la tuberculose est plus dangereuse pour les personnes ayant des problèmes de santé préexistants et se propage par les éternuements et la toux.

Mettre fin à la tuberculose fait partie du troisième objectif de développement durable visant à garantir une bonne santé et un bien-être. L'objectif politique des Nations Unies est de réduire de 90% les décès dus à la tuberculose d'ici 2030.

Globalement, l'Asie du Sud-Est est la plus touchée par la maladie, avec 44% des tuberculeux, contre 24% en Afrique. L'Inde abrite à elle seule 27% de toutes les personnes atteintes de tuberculose.

Toute personne vivant avec un patient tuberculeux devrait être dépistée pour une tuberculose active, dit maintenant l'OMS, et si elle n'est pas infectée, elle devrait être mise sous traitement préventif. Les personnes vivant avec le VIH et les enfants de moins de cinq ans devraient avoir accès au traitement, qu'ils puissent ou non faire l'objet d'un dépistage régulier de la maladie.

Le traitement préventif de la tuberculose consiste en l'administration quotidienne d'un médicament appelé isoniazide, qui doit se poursuivre pendant environ six mois. Cependant, cela peut être difficile pour les personnes en milieu pauvre et rural. L'OMS recommande désormais que les patients à risque de tuberculose soient soumis à des schémas thérapeutiques mieux adaptés à leur situation – allant d'une cure d'un mois de rifapentine à une cure de trois ou quatre mois de rifapentine ou de rifampicine, en association avec l'isoniazide.

Les nouvelles directives de l'OMS montrent la voie à suivre pour que des millions de personnes accèdent rapidement à des options plus courtes et plus sûres de traitement préventif.  »

Tereza Kasaeva, directrice du programme mondial de lutte contre la tuberculose de l'OMS

L'OMS ajoute que le traitement préventif de la tuberculose peut empêcher les gens de sombrer dans la pauvreté. À mesure que de nouveaux médicaments arrivent sur le marché et que les prix baissent, le traitement préventif deviendra « un moyen très rentable de sauver des millions de vies », selon l'organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *